Kosciusko-Morizet critique les grévistes d'Air France.

Reuters

— 

Nathalie Kosciusko-Morizet a reproché dimanche aux grévistes d'Air France d'avoir choisi le mauvais moment pour exprimer leurs revendications et de menacer la compétitivité de la compagnie.

«Le droit de grève est un droit constitutionnel mais le week-end où les familles se réunissent parce que c'est la Toussaint, ce n'est pas le meilleur moment, et ce n'est pas le meilleur moyen de rendre un mouvement sympathique», a déclaré la ministre de l'Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement sur Europe 1.

«Air France est dans une situation délicate. Une compagnie aérienne est mortelle, il y en a qui ont disparu (...) La compétitivité d'une entreprise, c'est un vrai enjeu et ça doit intéresser tout le monde», a-t-elle ajouté.

Air France prévoit d'assurer 80% de ses vols dimanche, au deuxième jour d'une grève à l'appel des syndicats d'hôtesses et de stewards prévue jusqu'à mercredi inclus.

La compagnie a dit avoir assuré huit vols sur dix pour la journée de samedi, qui marquait le début du week-end de la Toussaint.

Neuf vols long-courrier pourraient être annulés dimanche, notamment vers l'Amérique du Nord, Tokyo et Abu Dhabi, et quatre lundi. La compagnie n'exclut pas des annulations et des retards de dernière minute.

Les revendications des grévistes, soutenus par l'Unsa-PNC, le SNPNC-FO, Sud Aérien, la CGT, la CFDT et la CFTC, portent sur la réduction du personnel de vol sur les long-courriers et les conditions de travail.