Wall Street salue à son tour le plan européen et clôture en forte hausse

Reuters

— 

Les marchés d'actions américains ont à leur tour terminé en forte hausse après une journée également faste en Europe, les investisseurs saluant l'accord conclu dans la nuit sur la restructuration de la dette grecque, l'accroissement des capacités du fonds de soutien à l'euro et la recapitalisation des banques européennes.

Aux nouvelles encourageantes en provenances du Vieux continent, sont venus s'ajouter les chiffres supérieurs aux attentes de la croissance aux Etats-Unis au troisième trimestre grâce à une nette hausse de la consommation et de l'investissement, donnant à l'économie américaine un élan qui pourrait se maintenir jusqu'à la fin de l'année.

Le Dow Jones a terminé sur une hausse de 2,86%, 339,51 points, à 12.208,55, le S&P 500, le plus suivi par les gérants de fonds, s'est adjugé 3,43%, 42,59 points, à 1.284,59 et le Nasdaq , à forte pondération technologique, a gagné 3,32%, 87,96 points, à 2.738,63. Le S&P est désormais en mesure de réaliser sa progression mensuelle la plus importante depuis janvier 1987.

«Avec la disparition potentielle du spectre de l'apocalypse de l'euro, il y a une sorte de recentrage sur les fondamentaux nationaux, qui ont été franchement bons au cours du mois», a commenté Phil Orlando, stratège en chef chez Federated Investors à New York.

Gare à l'excès de confiance

Certains analystes mettent toutefois en garde contre tout excès d'optimisme.  «Nous avons quasiment effacé toutes les pertes de l'été. Bon, OK, on a effacé les pertes, c'est peut-être le bon moment de retirer de l'argent de la table», a estimé Scott Armiger, gestionnaire de portefeuille de Christiana Trust dans le Delaware.

Aux valeurs, les financières sont les principales bénéficiaires de l'évolution de la situation sur le front de la crise de la dette souveraine.  JPMorgan a pris 8,31% à 37,02 dollars et Citigroup a gagné 9,65% à 34,17 dollars tandis que l'indice KBW des bancaires a bondi de 6,04%. US Airways a de son côté progressé de 3,0% à 5,83 dollars après avoir publié des résultats trimestriels supérieurs aux attentes.

A rebours de la tendance, le courtier MF Global a poursuivi sa dégringolade, abandonnant 15,88% à 1,43 dollar, portant à près de 60% la chute de son titre depuis le début de la semaine. Le groupe ne parvient pas à sortir de la spirale infernale dans laquelle il est entré après l'abaissement de sa note de crédit à un cran de la catégorie spéculative par Moody's.