Interview de Nicolas Sarkozy en direct: Sarkozy se prononcera fin janvier ou début février sur sa candidature

Thibaut Schepman pour le live

— 

Le président Nicolas Sarkozy sera en direct sur France 2 et TF1 jeudi soir pour une émission spéciale consacrée à la crise de la dette dans la zone euro, a annoncé mardi le présentateur du 20h00 de France2.
Le président Nicolas Sarkozy sera en direct sur France 2 et TF1 jeudi soir pour une émission spéciale consacrée à la crise de la dette dans la zone euro, a annoncé mardi le présentateur du 20h00 de France2. — afp.com
22h36: C'est la fin de ce live.La synthèse de l'intervention de Nicolas Sarkozy est par ici.
21h41 : Merci pour vos commentaires, merci de nous avoir suivi. Une synthèse de ce live arrive très rapidement!
21h31 : Les deux grands points de ce débat:

- Nicolas Sarkozy n'est pas encore candidat à la présidentielle. Il devrait se prononcer fin janvier ou début février.
- La croissance va être revue à 1% pour 2012. La France devra donc opérer de nouvelles mesures d'économies, dans une fourchette comprise entre 6 et 8 milliards d'euros.

21h26: Une fin de débat un peu tendue mais qui a permis des réponses claires. Qu'avez-vous penser de ces échanges? Des questions, comme des réponses? C'est le moment d'en débattre dans les commentaires.
21h25: "Pourriez-vous songer à ne pas être candidat", continue Calvi. Sarkozy refuse de répondre. Le débat se termine sur cet échange houleux.
21h24: Calvi ne lâche rien pour avoir des infos sur la candidature de Sarkozy. "Nous aurons l'occasion d'en discuter si l'occasion se présente", dit Sarkozy restant évasif sur sa possible candidature. Avant d'assurer que le choix sera tranché fin janvier ou début février.
21h23: Une question sur François Hollande. "Le parti socialiste est un grand courant politique français" répond Nicolas Sarkozy appelant les candidats à moins s'attaquer personnellement les uns les autres.
21h21: Un mot sur les mauvais résultats de Nicolas Sarkozy dans les sondages. Il botte en touche, dit ne pas s'en intéresser...
21h20: "Si les affaires avaient eu lieu dans les Hauts de Seine et non le département du Nord, auraient-telles fait autant de bruit lance Nicolas Sarkozy, très évasif? On ne comprend pas trop la référence là...
21h18: Une question de Calvi sur les proches du Président mis en examen. "C'est un homme honnête", répond Nicolas Sarkozy au sujet de Nicolas Bazire, le témoin de son mariage.
21h17: Pernaut profite d'une mention de la naissance de la fille de Nicolas Sarkozy pour poser une question sur le sujet. "Fort heureusement elles vont biens", répond le Président.
21h16: "Je trouve cela odieux que l'on utilise la douleur de famille pour des magouilles politique", répond Nicolas Sarkozy. Il estime qu'en 17 ans on aurait su si les comptes de campagne de Balladur étaient incorrects.
21h15: Yves Calvi enchaîne sur l'affaire Karachi, et le financement de la campagne de Balladur.
21h12: Une question sur l'aide de la Chine à l'euro, à travers le véhicule spécial (Voir notre glossaire au début de ce live). "Nous avons besoin d'eux, mais ils ont besoin d'un monde prospère car sinon qui achetera leurs produits?", répond Nicolas Sarkozy. Avant d'assurer que "la question de l'intégration du yuan chinois dans le système monétaire international est incontournable" .
                                  
21h08: "Comment on relance l'économie de notre pays", demande Calvi. Sarkozy répond qu'un Grand emprunt a déjà été réalisé, et il cite la construction de quatre TGV cette année. Il s'emporte pas mal sur le coup. Un collègue spécialiste des transports rappelle que ce sont en fait quatre projets qui ont été lancés cette année. Mais ces chantiers vont prendre plusieurs années.
21h07: Nicolas Sarkozy propose plus de convergences entre la France et l'Allemagne. Il cite notamment le taux de tva, taux d'impôt sur les sociétés, fiscalité sur le patrimoine, échanges d'informations...
[Glossaire] Le taux intermédiaire de TVA. Késaco? Si la plupart des pays sont taxés à 19,6, une partie le sont à 5,5%, voire moins. Ces taux pourraient être revus à la hausse. Le café, taxé à 5,5%, et les journaux, taxés à 2%, pourraient voir leurs prix augmenter.
21h01: Sarkozy reprend le refrain sur la réforme des retraites. Avant de lancer "le problème en France c'est que l'on a trop de fonctionnaires, et qu'ils ne sont pas assez payés". "La seule politique possible selon lui".
20h58: L'idée d'une augmentation généralisée de la TVA? Nicolas Sarkozy y est opposé, mais n'écarte pas un taux intermédiaire, pour certains produits.
20h57: Les mesures seront annoncées d'ici le G20.  On se dirige probablement vers un nouveau plan d'austérité.
20h55: Sarkozy parle d'une croissance revue à la baisse à 1% pour 2012, au lieu d'1,75%! Soit un besoin d'économies nouvelles de 6 à 8 milliards d'euros.
20h54: Et hop, un scud pour les tenants de la démondialisation, dont Arnaud Montebourg.
20h53: "Comment financer notre modèle sociale? Il faudra surement faire participer les importations, surtout les produits qui ne respectent pas les normes sociales et environnementales", annonce Nicolas Sarkozy, qui promet un débat sur ce thème dans les mois qui viennent. Pour nous, ça se rapproche des propositions d'Arnaud Montebourg...
[Et vous?] Vous pensez quoi pour l'instant du "prof d'éco"? Dites-le nous dans vos commentaires ci-dessous.
20h51: "Quand j'entends dire que l'on doit embaucher 60.000 enseignants de plus, mais où est-ce qu'on va trouver l'argent?". Un autre scud, cette fois en direction de François Hollande. On s'éloigne de plus en plus de l'eurocrise là.
20h49: "Pour sauver notre modèle social, la ligne stratégique est claire, le travail, la formation, l'innovation, investissement", avance Nicolas Sarkozy.
20h46: Le débat dérive très souvent sur les 35h et la réforme des retraites de 2008. Le probable candidat pour 2012 a envie de communiquer là-dessus.
20h43: Sarkozy vient de citer Les Borgias, la série préférée de Carla. Canal + appréciera.
[Sur Twitter], le trader et blogueur Fabrice Pelosi a vérifié la phrase de Sarkozy : "Nous sommes le seul pays au monde qui a gagné de l'argent en sauvant les banques". Un petit lien montre que c'est faux . Bien vu, le fact-checking.
20h41: . Pernaut demande s'il faudra aller plus loin sur la réforme des retraites, comme l'Allemagne. Sarkozy botte carrement en touche : pour lui les systèmes de retraite ne sont pas comparables.
20h38: "Quel est intérêt d'aider la Grèce", demande Calvi, qui estime que la famille soutien ainsi un mauvais élève. Sarkozy assure que la Grèce a entrepris des mesures depuis deux ans, un peu tard. Il en profite pour rappeler que la France a elle entrepris très tôt la réforme des retraites.
[A lire aussi] La séparation entre banques de dépôt et banques d'investissement dont parle Nicolas Sarkozy a déjà été tentée dans un pays: les Etats-Unis. Par ici, l'excellente synthèse de nos confrères d'Arrêt sur Images.
20h37: Sarkozy évoque la séparation des banques de dépôt et banque d'affaires. Il est contre parce que "Les banques d'affaires c'est 100% de risque, les banques de dépôts c'est 0%". Le prof d'éco est bien caricatural là.
20h34: Pernaut enchaîne les questions sur les banques. Sarkozy rappelle que les fonds des épargnants sont garantis en cas de faillite de banque et promet de s'attaquer aux bonus des banques avec le gouverneur de la Banque de France dès le mois prochain.
20h28: "Les 35 heures ont ruiné la compétitivité du pays". Le second scud de la soirée vient d'être envoyé.
20h25: "Si vous dépensez plus que ce que vous ne gagnez, vous devez emprunter pour rembourser", avance Nicolas Sarkozy. Aïe, première erreur du Président ce soir, plutôt bien jusque là. Un Etat n'est pas un ménage, et il peut rembourser en créant de la richesse, grâce à la croissance. Emprunter pour créer des richesses, cela s'appelle un investissement.
20h23: Question de Calvi sur la réaction positive des marchés aux annonces du jour. "Le marché ne donne pas une direction sur le long terme, c'est la quintessence du court terme", répond NS.
20h20: "A l'heure où je vous parle, la France a prêté 11,5 milliards à la Grèce", répond Nicolas Sarkozy, qui enchaîne sur les "efforts" consentis par les banques.
20h20: Premier "combien ça coûte?" dans la bouche de Jean-Pierre Pernaut, qui s'interroge sur le FESF. La définition est un peu plus bas dans ce live.
20h18: ""Laisser entrer la Grèce dans l'Euro, ce fut une erreur"", balance Nicolas Sarkozy, qui rappelle les comptes erronés de la Grèce en 2001.
20h18: "Les Français ne comprennent pas comment on peut effacer une banque", affirme Jean-Pierre Pernaut, qui ne dit pas s'ils s'inclue dans "Les Français qui ne comprennent pas". A votre avis?
20h17: Nicolas Sarkozy fait la chronologie de la crise depuis 2008. Malgré sa nuit blanche, il a bossé le sujet. Chapeau!
20h16: Ni l'un ni l'autre assure Nicolas Sarkozy. "On a pris des décisions importantes pour éviter la catastrophe" mais "il faut savoir être humble car nous entrons à peine dans un monde nouveau".
20h15: "Sommes nous sortis de la crise ou a t on seulement colmaté une brèche", demande Yves Calvi.
20h14: C'est Jean-Pierre Pernaut qui prend la parole. Il annonce "énormément" de questions et rappelle les inquiétudes des citoyens.
20h13: Ca y est ça commence!
[Glossaire]: Voilà une première salve de mots que l'on risque de beaucoup entendre ce soir, avec leur définition.


- Dettes, créances, titres de créances, obligations, bond..
Autant de noms pour désigner la dette des Etats. Une "obligation" est une part d'un emprunt émis par l'Etat. Ce titre garantie un rendement fixé à l’avance, qui est d’autant plus important que le risque de défaut est élevé. Ce titre sera remboursé à une date également fixée à l’avance.
- Dette primaire/dette secondaire
Les titres de dettes primaires sont les titres émis par les Etats régulièrement. Si vous voulez savoir comment ça se passe, 20minutes était à l’Agence France Trésor il y a quelques mois. Ces titres sont peuvent être revendus. Ils peuvent être remis en vente sur les marchés. L’ensemble des titres échangeables en seconde main sur les marchés constituent la dette secondaire. Pour éviter que les titres grecs italiens et espagnols ne dégringolent sur ces marchés, le FESF (voir ci-dessous) et la BCE procèdent régulièrement à des achats de dettes secondaires.

- Le Fonds européen de stabilité financière (FESF)
Créé l’année dernière, le FESF est un dispositif qui doit permettre d’aider les pays fragiles de la zone euro, en prêtant des fonds ou en rachetant des titres de dettes.  Grâce à la garantie des Etats membres, il peut emprunter sur les marchés jusqu’à 440 milliards d’euros. Le soutien apporté au Portugal et à l'Irlande a déjàréduit à environ 250 milliards ses capacités. Les Européens se sont donc également entendus sur une démultiplication des capacités du Fonds européen de stabilité financière (FESF), qui pourraient ainsi être portées jusqu'à 1.000 milliards d'euros grâce notamment à la création d’un véhicule spécial (voir ci-dessous).
- Véhicule spécial
C’est la nouveauté du jour. Ce véhicule spécial est un pot commun qui permettra d’alimenter le FESF.  Y participeront des investisseurs internationaux, comme la Chine, la Russie, le Japon ou d'autres pays émergents. Un moyen pour ces pays d’investir en Europe sans s’attacher à un pays en particulier, et pour l’Europe d’élargir encore les capacités financières du FESF.

- Haircut (ou décote)
Perte subie par un créancier quand un débiteur décide ne pas lui rembourser l'intégralité de sa dette. Dans le cas de la Grèce, un haircut de 21% a été décidé le 21 juillet, finalement étendu à 50% lors du sommet de Bruxelles la nuit dernière.
 
20h00: L'occasion de vous présenter notre dispositif de ce soir. Vous l’avez compris on va tenter de suivre plusieurs choses en même temps dans ce live. Pour vous repérer, on a pensé à un petit code couleurs:
- Les déclarations de Nicolas Sarkozy seront mentionnées en noir, précédées de l’heure exacte.
- Les commentaires des internautes, sur 20minutes.fr comme sur Twitter seront en violet.
- Les liens vers des décryptages et des explications seront précédés d’un [A lire aussi].
 - Et on a préparé des petites définitions, pour les termes techniques qui seront lancés ce soir. Avec une petite mention [Glossaire] au devant.
19h58: Salut à tous et bienvenue sur ce live. On a un petit quart d'heure avant le début de l'adresse de Nicolas Sarkozy sur TF1 et France 2.

Nicolas Sarkozy s'exprimera ce jeudi à 20h15 à la fois sur TF1 et France 2. Le chef de l'Etat, interviewé par Jean-Pierre Pernaut et Yves Calvi, reviendra pendant une heure sur la crise au lendemain d’une nuit de négociations cruciales à Bruxelles. L’occasion pour lui de faire le point sur les décisions des chefs d’Etats et de gouvernements européens, qu’il a lui-même qualifiées d’«historiques».

La rédaction de 20minutes.fr sera bien sûr présente pour vivre avec vous en direct cet événement télévisé. Rendez-vous ici même dès 20h pour suivre et commenter les propos de Nicolas Sarkozy, les décrypter ou encore suivre les réactions sur les réseaux sociaux. A tout à l’heure!