Le ministre du Travail, Xavier Bertrand, a estimé jeudi que l'emploi ne devait pas être "une variable d'ajustement" pour le constructeur PSA Peugeot Citroën, soulignant que les suppressions postes en Europe devaient être "justifiée" et les salariés "respectés".
Le ministre du Travail, Xavier Bertrand, a estimé jeudi que l'emploi ne devait pas être "une variable d'ajustement" pour le constructeur PSA Peugeot Citroën, soulignant que les suppressions postes en Europe devaient être "justifiée" et les salariés "respectés". — Mehdi Fedouach afp.com

Économie

PSA: «l'emploi ne doit pas être une variable d'ajustement», estime Xavier Bertrand

Le ministre du Travail, Xavier Bertrand, a estimé jeudi que l'emploi ne devait pas être «une variable d'ajustement» pour le constructeur PSA Peugeot Citroën, soulignant que les suppressions postes en Europe devaient être «justifiée» et les salariés «respectés».

«On doit bien prendre en compte que l'emploi ne doit pas être une variable d'ajustement», a souligné Xavier Bertrand sur France Inter, alors que près de 6.800 postes de travail (salariés plus sous-traitants) pourraient être supprimés par le groupe automobile.

«On doit regarder l'économie en face, c'est-à-dire que s'ils vendent moins, ils cherchent à réduire leurs coûts», a-t-il admis, ajoutant: «Mais il faut que ce soit justifié et qu'on prenne bien en compte les mesures d'accompagnement indispensables pour les salariés».

«On n'est pas dans une économie qui est administrée, mais seulement il y a des règles. Les salariés doivent être respectés», a poursuivi le ministre, qui a indiqué ne pas disposer d'informations à ce stade sur le nombre d'emplois concernés en France.

PSA, qui emploie environ 167.000 salariés en Europe, dont 100.000 en France, veut réaliser de nouvelles réductions de coûts pour faire face à la dégradation de la situation sur le marché européen, où il réalise environ 60% de ses ventes.