Un deuxième plan de rigueur attend déjà les Français

— 

Préserver la note « triple A » de la France : c'est l'obsession de Nicolas Sarkozy, à six mois de la présidentielle. Pour rassurer les marchés sceptiques quant à la réduction du déficit français, le gouvernement réfléchit donc à un deuxième plan d'austérité : de nouvelles économies, entre 5 et 10 milliards d'euros. Ces mesures devraient s'ajouter à celles déjà adoptées à la fin de l'été (11 milliards d'euros d'économies votées pour 2012). Le ministère du Budget devrait laisser passer le sommet du G20 de Cannes, les 3 et 4 novembre prochain, avant toute nouvelle annonce.

Nouvelle chasse aux euros
Il lui reste donc encore un peu plus d'une semaine pour résoudre cette équation difficile : comment promouvoir la rigueur budgétaire, sans abîmer davantage la croissance (elle ne devrait pas dépasser 1 % l'an prochain), et sans effrayer les électeurs ? Dans cette nouvelle chasse aux euros, deux pistes semblent prioritaires. D'abord, la réduction des dépenses publiques : un chantier énorme, et qui demanderait des efforts à chaque administration. Ensuite, un coût de rabot supplémentaire sur les 350 niches fiscales et sociales, qui coûtent encore 65 milliards d'euros à l'Etat.