Les boissons énergisantes dans le collimateur des députés UMP

ECONOMIE Ils ont déposé un amendement pour qu'elles soient plus taxées...

M.B.
— 
Le Red Bull, une boisson énergisante contenant de la taurine, est commercialisé en France depuis mardi dans le cadre d'un accord signé en mai avec le ministère de l'Economie et en dépit des réserves des autorités sanitaires, a annoncé le service de communication de la marque.
Le Red Bull, une boisson énergisante contenant de la taurine, est commercialisé en France depuis mardi dans le cadre d'un accord signé en mai avec le ministère de l'Economie et en dépit des réserves des autorités sanitaires, a annoncé le service de communication de la marque. — Earl S.Cryer AFP/Archives

La taxe sur les sodas n’a pas finit de faire parler d’elle. Une quarantaine de députés UMP, menée par Richard Mallié (Bouches-du-Rhône), a déposé un amendement qui sera voté ce soir par l’Assemblée nationale pour taxer davantage les boissons énergisantes comme le Red Bull.

Sont visées: les boissons contenant au moins 220 mg de caféine pour 1.000 ml ou au moins 420 mg de taurine pour 1.000 ml.

Aujourd’hui, la taxe est de 7 centimes d’euro par litre comme pour les jus de fruits. Elle pourrait passer à 50 centimes d’euros générant ainsi des recettes supplémentaires d’environ 20 millions d’euros par an pour l’Etat. Il y a fort à parier que cette hausse sera répercutée sur le prix de détail. Chaque année, 45 millions de litres de boissons énergisantes sont consommés en France.

Dissuader les jeunes

Pour les députés de la majorité, il s’agit de «dissuader les consommateurs (souvent des adolescents) de consommer à l'excès des «boissons énergisantes», riches en caféine et, ou taurine, qu'ils mélangent fréquemment avec de l'alcool», souligne Le Parisien.

Mais il n’est pas certain que la proposition voit le jour. En effet, dimanche dernier, le gouvernement  a déjà refusé d’élargir la taxe aux boissons contenants des édulcorants. Il existe «une différence entre consommer des boissons light et des boissons avec sucre ajouté», expliquait Xavier Bertrand, le ministre du Travail et de la Santé.