Etes-vous prêt à vous passer de votre voiture au-delà d'1,80 euro le litre?

SONDAGE Pour 96% des Français, les prix du carburant vont continuer à augmenter et 51% des automobilistes se disent prêts à abandonner leur voiture si le litre dépasse 1,80 euro...

M.B.
— 
Une pompe à essence dans une station service avec un hors service. Illustration station service. 
Une pompe à essence dans une station service avec un hors service. Illustration station service.  — GILLES VARELA / 20 MINUTES

Fatalistes les automobilistes? Pas qu’un peu, selon une étude ING Car Lease menée par BVA. 96% d’entre eux estiment que le prix du carburant va encore augmenter au cours des dix prochaines années. 76% sont même persuadés que la hausse sera fortement accélérée. L’explication est double selon les sondés : l’épuisement des gisements pétroliers et la demande accrue des pays émergents.

Dans ce contexte, 51% des conducteurs sont prêts à délaisser leur véhicule si le prix de l’essence est supérieur ou égal à 1,80 euro le litre. Un pourcentage, sans surprise, nettement supérieur chez les jeunes et les bas revenus. La barrière des 1,80 euro le litre sera d’ailleurs franchit tôt ou tard. Mi-avril, le patron de Total avait reconnu que le litre de super à 2 euros était inéluctable. Selon Christophe de Margerie, il ne faut pas s’attendre à ce que le prix des carburants baisse sur le long terme.

Un Français sur dix n’utilise plus sa voiture

En conséquence, 44% des Français ont déjà modifié leur niveau de fréquentation des stations services. 11% des sondés qui gagnent moins de 1.500 euros par mois n’utilisent déjà plus du tout leur voiture. «L’impact de la hausse continue du carburant touche tout particulièrement les classes les moins aisées. Néanmoins, cette lecture doit être relativisée. Lorsque l’on habite dans un milieu rural, la voiture reste une nécessité», analyse Yves Bardon, directeur de la prospective d’Ipsos.

Pour réduire leur consommation d’essence, 56% des Français estiment qu’adopter une «conduite économique» (vitesse constante, pneus bien gonflés, moins d’accélérations ou de freinages brutaux) permet de faire des économies de carburant. 23% envisageraient aussi d’acheter une voiture électrique. Un pourcentage assez faible qui s’explique par «un coût d’achat considéré comme trop élevé», note ING Car lease. Seules 9% des personnes interrogées sont séduites par l’auto-partage. Rien d’étonnant selon Yves Bardon pour qui la voiture reste «objet de désir, un puissant symbole de réussite sociale».

>> Et vous, seriez-vous prêts à vous passer de votre voiture au-delà d’un certain d’un certain montant sur les prix du carburant ? Dites-le nous dans les commentaires…

Méthodologie:

Sondage mené par BVA en septembre 2011 sur un échantillon représentatif de la population français.