Plus de 450 licenciements au Ritz qui ferme 27 mois pour travaux

ECONOMIE L'établissement doit être entièrement rénové...

M. B, M. G et T. S

— 

Le gouvernement français envisage de taxer l'hôtellerie de luxe pour financer la restauration d'un patrimoine français qui se dégrade, a indiqué la ministre de la Culture Christine Albanel citée lundi par le quotidien Le Figaro.
Le gouvernement français envisage de taxer l'hôtellerie de luxe pour financer la restauration d'un patrimoine français qui se dégrade, a indiqué la ministre de la Culture Christine Albanel citée lundi par le quotidien Le Figaro. — Daniel Janin AFP/Archives

Plus de 450 licenciements sont prévus au palace parisien Ritz Paris, qui ferme deux ans pour travaux, annonce mardi l'AFP.

Contacté par 20minutes, l'hôtel de luxe confirme la «fermeture totale» de l'établissement pour 27 mois à compter de l'été 2012.  Le nombre de licenciements prévus n'a pas été annoncé, puisqu'il est encore en négociation avec les partenaires sociaux dans le cadre d'un plan de sauvegarde de l'emploi. Mais l'établissement indique que 500 personnes sont actuellement employées, et que seule une partie des postes seront maintenus pour assurer «la gestion courante de l'hôtel», « le suivi et la coordination des travaux», «préparer la réouverture» et assurer la visibilité du «Ritz». La direction s'engage par ailleurs à «accompagner chacun afin d'identifier les choix et les parcours professionnels des personnels»

Sur son site internet, le syndicat CFDT conteste la validité du motif de licenciement des personnels. « Il n’est pas question d’accepter que les salariés paient le coût des travaux à travers des licenciements économiques, qui d’ailleurs dans le cas d’une fermeture pour travaux ne constituent pas un motif juridique légitime», indique le syndicat, qui ajoute que «Le Ritz serait bien le premier palace parisien à présenter une telle mesure alors que ses adversaires prévoient différentes mesures pour préserver l’emploi». Le syndicat appelle donc la direction à «mettre en place des dispositions telles que le chômage technique, des actions de formation professionnelle».

Le Ritz est une «belle endormie»

«Cet hôtel avait été dépassé ces dernières années par ses concurrents directs comme le George V, Le Plazza-Athénée, voire le Bristol. Le Ritz est une belle endormie qui attend des travaux pour se réveiller et se révéler de nouveau comme probablement le plus bel hôtel parisien.  Les derniers travaux d’envergure du Ritz avaient été réalisés à la fin des années 70. Or la durée de vie des hôtels de grand luxe est d’une trentaine d’année. C’est un produit qui nécessite de travaux importants avec une réalisation en site fermée.Le propriétaire  a étudié toutes les possibilités et il voulait éventuellement les faire sans fermeture.  Mais pour ne pas prendre de risques pour la sécurité des salariés et des clients, les professionnels de la construction conseillaient de le fermer», commente Gabriel Matar, directeur chez Jones Lang LaSalle, conseil en immobilier d'entreprise. Selon lui, la durée de fermeture (2 ans) suggère que le montant des travaux devrait dépasser les 100 millions d’euros, et devrait permettre au grand hôtel de présenter un dossier pour obtenir le label de palace, à l'instar des autres grands établissements parisiens.

Il s'agira d'une réfection entière de l'établissement, comprenant la rénovation de toutes les chambres mais aussi des parties communes.