Les mutuelles inaccessibles pour 4 millions de français

BUDGET Leur coût devrait augmenter de 11,8% à partir de l'an prochain...

Gilles Wallon

— 

Une mutuelle coûte en moyenne 50 €/mois, et 94 €/mois aux seniors.
Une mutuelle coûte en moyenne 50 €/mois, et 94 €/mois aux seniors. — JACQUEMART / ISOPIX / SIPA

De plus en plus de Français se passent de complémentaire santé. Par manque de moyens ou par simple calcul, quatre millions d'entre eux ont renoncé au fameux «tiers payant», qui rembourse tout ou partie de ce qui n'est pas couvert par la Sécurité sociale.

Frais de fonctionnement
Les contrats de mutuelle coûtent cher: 50 euros par mois en moyenne, et 94 euros par mois pour les seniors. Et ils devraient encore augmenter l'an prochain: le gouvernement envisage de taxer davantage les mutuelles en 2012 pour combler une partie du déficit de la Sécurité sociale. Ce projet de loi est examiné aujourd'hui à l'Assemblée nationale. La hausse moyenne sur les contrats des clients sera de 11,8%, calcule l'association UFC-Que Choisir.

Carine, une mère célibataire de 34 ans résidant à Sète (Hérault), a perdu sa mutuelle en même temps que son emploi de caissière, en juillet dernier. Sa complémentaire santé lui était fournie par son entreprise, pour 40 euros déduits automatiquement de sa fiche de paie de 1.100 euros. Aujourd'hui, elle préfère faire sans. «Mon loyer me prend déjà 400 euros par mois, sur 900 euros d'allocations chômage. De toute façon, je ne suis presque jamais malade.»

«Sans complémentaire santé, on a tendance à renoncer aux soins, s'alarme Mathieu Lescot, de l'UFC-Que Choisir. On se dit qu'à moins d'être vraiment malade, on peut se passer d'un rendez-vous chez le médecin. Mais cela peut déboucher sur des problèmes de santé plus graves.» François Wilthien, vice-président du syndicat MG des médecins généralistes, constate que ses patients renoncent aux mutuelles «parce qu'ils ne savent pas du tout ce qu'elles couvrent ou pas. Il y a un problème énorme de lisibilité des contrats.»

Les mutuelles ont aussi des frais de fonctionnement trop élevés: «Elles prélèvent 31 milliards d'euros par an, mais n'en redistribuent que 24 milliards», calcule Mathieu Lescot.