Chômage: Aucune amélioration à prévoir avant 2013 selon Pôle emploi

ECONOMIE Même avec des prévisions de croissance très optimistes, Pôle emploi ne prévoit pas d’améliorations sur le front du chômage...

Thibaut Schepman

— 

Une agence Pôle emploi.
Une agence Pôle emploi. — G. VARELA / 20 MINUTES

En 2011, comme en 2012, la situation ne devrait pas s’améliorer sur le front de l’emploi en France. C’est la conclusion à tirer des perspectives économiques publiées ce mardi par Pôle emploi.

Après un été bien morose, (plus de 110.000 nouveaux inscrits à Pôle emploi entre mai et août 2011 dans les trois principales catégories A, B, C regroupant les demandeurs d’emplois ayant ou non exercé une courte activité), le nombre de demandeurs d’emplois devrait rester élevé. En particulier, le nombre de créations d’emplois devrait rester faible, notamment dans la catégorie des emplois en intérim, à cause d’une activité économique atone.

Tout dépendra du taux de croissance, très incertain en temps de crise

Si bien que le nombre de demandeurs d’emplois devrait rester élevé en 2011. Pôle emploi estime que le nombre de demandeurs d’emplois sans aucune activité devrait grimper de 5.000 et de 78.000 en incluant les catégories B et C, c’est-à-dire les personnes ayant exercé une activité réduite mais cherchant un emploi.

En 2012, Pôle emploi a retenu deux scénarios. L’un deux se basant sur une hypothèse de croissance d’1,7%, la même que le gouvernement. Dans ce cas, le chômage baisserait très légèrement, de 5.000 à 12.000 personnes. Par contre, dans son scénario pessimiste, c’est-à-dire une croissance de 1,4%, le chômage augmenterait encore de 27.000 personnes.

Dans les deux cas, «le chômage n'atteindra de toute façon pas le niveau qui était le sien avant le premier trimestre 2008», note  Bernard Ernst, directeur des études de Pôle emploi. Et la situation pourrait même s’avérer bien plus grave. Plusieurs institutions et économistes prévoit une croissance française encore plus molle, proche d’1,2%. Dans ce cas, l’Unedic estime que le nombre de chômeur de catégorie A pourrait encore s’accroître de 36.700 en 2011 et 55.000 en 2012, avec une très forte baisse des créations d'emploi, passant de 143.000 cette année à seulement 69.000 l'an prochain.