Économie

Grèce: "pas d'alternative" à l'accord du 21 juillet, selon François Baroin

Le ministre de l'Economie François Baroin a estimé mercredi soir sur France 2 qu'il n'y avait "pas d'alternative" au second plan d'aide à la Grèce, adopté fin juillet mais toujours en cours de ratification dans plusieurs pays d'Europe.

Le ministre de l'Economie François Baroin a estimé mercredi soir sur France 2 qu'il n'y avait "pas d'alternative" au second plan d'aide à la Grèce, adopté fin juillet mais toujours en cours de ratification dans plusieurs pays d'Europe.

"Nous avons un plan", et "oui, la France va continuer à soutenir la stratégie de soutien" à ce partenaire de la zone euro, a dit M. Baroin qui était l'invité du 20H00.

"C'est la seule stratégie", a-t-il estimé. "Il n'y a pas d'alternative à la déclinaison de l'accord du 21 juillet" et il "n'y a pas d'alternative à la mise en oeuvre" du fonds de secours européen, le FESF, a-t-il insisté.

Ce plan, selon le ministre français, permettra de "garantir et les mesures de soutien dans la durée, et les mesures pour éviter la contagion à des grands pays comme l'Espagne et l'Italie".

L'accord européen du 21 juillet a élargi la palette d'outils du FESF, qui avait été mis en place en 2010 pour venir en aide aux pays en difficulté financière.

"Quelle que soit la sympathie que l'on peut avoir pour les Grecs et quels que soient les reproches que légitimement on peut nourrir à l'endroit de leur politique menée depuis des années et des années (...), ce que nous souhaitons c'est assurer la stabilité de la zone et garantir notre monnaie", a déclaré M. Baroin.

"La Grèce a des efforts à produire (...) des devoirs vis à vis de ses créanciers", et "le gouvernement français comme les membres de la zone euro lui mettent la pression nécessaire pour se moderniser", a-t-il souligné.