« Les quartiers, un vivier de talents »

©2006 20 minutes

— 

Les "jeunes des banlieues n'ont pas peur du CPE" car ils "en ont assez de la précarité", déclare le ministre délégué à la Promotion de l'égalité des chances Azouz Begag en redisant qu'il faut "donner une chance" au Contrat première embauche, dans une tribune publiée vendredi dans Libération.
Les "jeunes des banlieues n'ont pas peur du CPE" car ils "en ont assez de la précarité", déclare le ministre délégué à la Promotion de l'égalité des chances Azouz Begag en redisant qu'il faut "donner une chance" au Contrat première embauche, dans une tribune publiée vendredi dans Libération. — Pierre Verdy AFP

Azouz Begag, ministre délégué à la Promotion de l'égalité des chances.

Vous lancez aujourd'hui le portail www.diversite-emploi.com, quelle est sa vocation ?

Animé par une volonté de lutter contre les discriminations, j'ai voulu créer un portail en faveur de la diversité en partenariat avec plusieurs acteurs de l'emploi (l'ANPE, Monster, le Medef, Respect magazine et cinq associations d'accompagnement des jeunes diplômés vers l'emploi : l'Afij, l'Afip, APC recrutement, Africagora, Emploi & diversité). Celui-ci est destiné aux candidats issus des quartiers défavorisés et à ceux qui sont susceptibles de subir une discrimination fondée sur leur adresse, leur nom ou leur origine. Ils pourront y déposer leur CV et répondre à des offres d'emplois provenant d'entreprises désireuses de diversifier leur recrutement.

Comment est né ce projet ?

Nous nous sommes inspirés du site créé par Monster pour les candidats handicapés, qui a su démontrer son efficacité. Un portail nous semblait également être un outil efficace pour toucher les habitants des zones sensibles pour lesquels Internet constitue un média privilégié. Grâce à cet outil, les personnes les plus éloignées de l'emploi ne feront plus d'autocensure et passeront de la logique du « ça n'est pas pour moi » à celle du « pourquoi pas moi ».

Quels types d'offres d'emplois seront disponibles sur ce site ?

Elles s'adresseront aussi bien aux cadres qu'aux employés, aux expérimentés qu'aux jeunes diplômés. Celles qui porteront le logo « pro diversité » témoigneront de l'engagement de l'entreprise émettrice à ne pas discriminer, à ne prendre en compte que les compétences des candidats et à motiver tout refus d'embauche.

Quelles entreprises se sont déjà engagées à vos côtés ?

Nous venons de lancer l'opération et nous attendons donc les retours des entreprises. Ont été ciblés en premier lieu les 350 signataires de la charte de la diversité, mais j'ai en fait pour ambition que 1000 entreprises soient parties prenantes de l'opération d'ici à la fin 2006. Par ailleurs, ce portail ne sera pas exclusif et d'autres sites de recrutement pourront nous rejoindre prochainement.

Ne craignez-vous pas qu'il s'agisse juste d'un exercice de communication pour les entreprises participantes ?

Pour éviter cet écueil, nous leur demanderons de répondre à une enquête semestrielle afin d'évaluer le nombre de recrutements effectués par le biais du portail.

Quelles autres informations contiendra ce portail ?

Il relaiera les dispositifs pilotés par l'ANPE orientés vers les quartiers défavorisés, des actualités sur la diversité dans l'emploi, les dispositions légales contre les discriminations, un édito alternativement rédigé par les partenaires...

Quelles retombées en attendez-vous ?

Je souhaite que cette initiative fasse boule-de-neige et que le concept de diversité se banalise de plus en plus. Je suis persuadé que les entreprises iront bientôt chercher les habitants des quartiers sensibles car ils représentent un véritable vivier de talents.

Recueilli par Delphine Bancaud

Passer de la logique du “ça n'est pas pour moi” à celle du “pourquoi pas moi.”