Grèce: BNP-Paribas prête à abandonner une nouvelle partie de ses créances

© 2011 AFP

— 

La première banque française BNP Paribas a indiqué mercredi être prête à abandonner encore une partie de ses créances dues par la Grèce, si un nouvel effort est demandé aux investisseurs privés, tout en estimant que la priorité reste à l'application du plan actuel de sauvetage.

«Je pense que l'application du plan du 21 juillet reste la priorité», a affirmé le directeur général de la banque, Baudouin Prot sur Radio Classique. Mais «s'il devait y avoir un effort additionnel de l'ensemble des investisseurs privés, du côté de BNP Paribas, je dirais que nous y sommes prêts».

Les créanciers privés de la Grèce (banques, assurances, fonds de pension...) ont accepté lors du sommet de la zone euro pour sauver la Grèce réuni à Bruxelles le 21 juillet de participer à l'effort, pour un montant d'environ 5O milliards sur la période 2011-2014, dont 37 milliards viendront d'une «contribution volontaire» et 12,6 milliards consisteront en un rachat de dettes sur le marché.

BNP-Paribas est exposée à hauteur de 3,5 milliards d'euros en Grèce.

Baudoin Prot s'est également montré rassurant sur l'Italie, pays dans lequel la BNP-Paribas est particulièrement exposée, à hauteur de 20,8 milliards d'euros, et dont la note souveraine a été abaissée par l'agence de notation Standard & Poor's lundi.

«L'Italie est le seul pays d'Europe qui a un excédent primaire, c'est-à-dire qu'avant taux d'intérêts de la dette, c'est un excédent, et l'Italie est le seul grand pays de la zone euro (...) qui vise à un équilibre budgétaire complet (...) à partir de 2013», a-t-il souligné.

Il estime en revanche important que le gouvernement italien engage des réformes structurelles pour soutenir le taux de croissance du pays.

BNP Paribas, comme les autres grandes banques françaises, a été particulièrement chahutée ces dernières semaines à la Bourse de Paris, en raison de son exposition à la dette des pays les plus vulnérables de la zone euro.