Les banques françaises n'ont pas besoin d'être recapitalisées, affirme Valérie Pécresse

© 2011 AFP

— 

Les banques françaises sont solides et n'ont pas besoin d'être recapitalisées, a réaffirmé mercredi la ministre du Budget Valérie Pécresse, au lendemain d'un revirement de la Commission, qui juge une recapitalisation nécessaire en Europe.

«Il n'y a aucun problème de solvabilité, de liquidité des banques françaises. Les banques françaises sont solides», a-t-elle assuré sur RMC et BFM TV.

Valérie Pécresse a dans la foulée écarté leur éventuelle recapitalisation, comme le préconise la directrice du Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde pour les banques européennes, une idée reprise désormais à son compte par la Commission européenne.

«Les banques françaises n'ont pas besoin d'être recapitalisées davantage. Depuis 2008, elles ont augmenté leurs fonds de 50 milliards d'euros», a jugé la ministre. «Malheureusement, avec l'aggravation de la crise des dettes souveraines, de nouvelles banques auront peut-être besoin d'être recapitalisées» en plus des neuf qui n'ont pas réussi les tests de résistance effectués en juillet, a déclaré mardi le commissaire à la Concurrence, Joaquin Almunia.

Les banques françaises sont au coeur de la tempête boursière depuis plusieurs semaines, objet de folles rumeurs sur leur solidité financière, toujours fermement démenties, en raison de leur forte exposition aux obligations des pays fragiles de la zone euro.

Mercredi, les titres de BNP Paribas (-5,48% à 23,66 euros), Société générale (-2,95% à 16,64 euros) et Crédit Agricole (-0,77% à 4,74 euros) subissaient la défiance des investisseurs dans les premiers échanges à la Bourse de Paris.