Grèce: le retard sur les privatisations peut mener à un "défaut"

© 2011 AFP

— 

Un "retard" persistant sur le programme de privatisations en Grèce peut mener le pays à faire "défaut" sur sa dette, a averti lundi le représentant permanent du Fonds Monétaire International en Grèce, Bob Traa.

"Les privatisations ont pris du retard par rapport au programme car les hommes politiques ne peuvent pas se mettre d'accord sur la façon de procéder (...), si vous attendez encore (...) le pays ira au défaut" sur son énorme dette, a déclaré le représentant du FMI, l'un des trois principaux créanciers du pays avec la zone euro et la banque centrale européenne.

Le programme de privatisations grec porte sur 50 milliards d'euros d'ici 2015, dont 5 milliards d'ici la fin de l'année.

Selon M. Traa, les privatisations ne sont pas uniquement un changement de pilotage du public vers le privé, mais elles apportent des capitaux et du savoir-faire pour "irriguer" le pays dont "l'électrocardiogramme ressemble à celui d'un homme mort".