Question éco de la semaine: Avec la chute des indices boursiers, votre argent part-il en fumée?

M.B. et T.S.

— 

Serge Gainsbourg brûle un billet de 500 francs le 11 mars 1984 lors de l'émission 7 sur 7
Serge Gainsbourg brûle un billet de 500 francs le 11 mars 1984 lors de l'émission 7 sur 7 — P.WOJAZER / AFP

Des chiffres qui font froid dans le dos. Début août 2011, après la dégradation de la note de la dette américaine, les places financières de part et d’autre de l’Atlantique s’effondrent. Plus de 900 milliards de dollars seraient «partis en fumés» en seulement deux jours, selon l’expression consacrée. Une ardoise qui grimpe à 3.400 milliards de pertes, depuis le début de l’année, pour la capitalisation boursière des entreprises des indices américains (SP 500 et DJ Stoxx 600). Quant à la Bourse de Paris, 200 milliards d’euros seraient partis en fumée, depuis le début de l’été. En à peine trois mois, le CAC 40 est passé de 3.900 points à moins de 3.000 points.

Mais cet argent a-t-il réellement disparu? Non. Contrairement à Serge Gainsbourg, personne n’a brûlé l’argent

En fait, c’est l'estimation de la valeur des actifs boursiers qui a baissé. Bien sûr, en ayant investi dans des actions revendues ensuite à un prix inférieur, vous avez perdu la différence. Si vous avez acheté une action Société générale à 40,20 euros en janvier dernier, pour la revendre aujourd’hui à 17,20 euros, vous avez bien perdu 23 euros dans l’affaire. Mais l’argent n’est pas parti en fumée: il est aujourd’hui dans la poche de celui qui vous a vendu ses actions.

En octobre 2008, déjà, «Le Monde» faisait sa Une sur les «25.000 milliards de dollars évanouis» avec la chute des indices boursiers depuis le début de l’année. Le journaliste Pascal Riché évoquait alors la situation sur son blog: «Si un peintre passe de mode, la valeur de ses tableaux, dans le monde entier, baisse certes, mais rien ne “part en fumée”: les tableaux sont toujours accrochés aux murs. De même, les usines, les bâtiments, les personnels des entreprises représentées par l'ensemble des actions cotées sont toujours là. Les actifs correspondant aux actions ne se sont pas “évanouis”.»

Bref, en Bourse, il n’y a pas d’argent qui disparaît. Seulement des gagnants et des perdants.

>> Retrouvez nos décryptages et nos réponses à vos questions sur la crise par ici…