Bourse: Paris cède 3% et clôture sous les 3.000 points

ECONOMIE La Bourse de Paris a cédé 3,00% lundi, plombée par le secteur bancaire...

© 2011 AFP

— 

Un trader devant son ordinateur à la bourse de Paris.
Un trader devant son ordinateur à la bourse de Paris. — FRANCOIS MORI / AP / SIPA

La Bourse de Paris a cédé 3,00% lundi, plombée par le secteur bancaire, l'incapacité des ministres des Finances européens à se mettre d'accord durant le week-end ayant ravivé le spectre d'un défaut de paiement de la Grèce.

Le CAC 40 a perdu 91,08 points, à 2.940 points, dans un volume d'échanges peu étoffé de 2,621 milliards d'euros.

Déception totale

«On assiste à une déception totale du marché qui s'interroge sur l'utilité même du sommet du week-end dernier en Pologne», note Guillaume Garabédian, gérant d'actions chez Meeschaert Gestion Privée.

La réunion de deux jours des ministres des Finances européens en Pologne s'est soldée par un échec.

Les responsables européens se sont montrés très divisés et n'ont guère avancé sur la mise en place du second plan d'aide à la Grèce. Autant d'éléments propres à raviver le spectre, particulièrement présent depuis cet été, d'un défaut de paiement de la Grèce.

Attentisme

L'attentisme était également de mise alors que la téléconférence entre Athènes et la troïka représentant les créanciers du pays, à savoir la zone euro, la Banque centrale européenne (BCE) et le Fonds monétaire international, a été reportée à 18H00, après la clôture des marchés européens.

Le secteur bancaire à la peine

Une fois de plus, le secteur bancaire a particulièrement souffert des atermoiements des dirigeants européens. Société Générale a décroché de 6,70% à 17,69 euros. Le cours de l'action a cédé plus de 58% depuis le 1er juillet. BNP Paribas a abandonné 5,48% à 26,65 euros (-51% depuis le 1er juillet). Crédit Agricole n'a lâché que 0,69% à 4,88 euros, soit un recul de 55% sur la même période.

Le secteur cyclique, très dépendant de la conjoncture, a aussi été particulièrement chahuté.

«Les banques financent 75% de l'économie en France. Si elles plongent, il est logique que les valeurs cycliques soient aussi très malmenées», souligne Guillaume Garabédian. ArcelorMittal a terminé sur un recul de 4,75% à 12,72 euros, Lafarge de 3,953% à 25,29 euros et Saint-Gobain de 3,67% à 29,79 euros.