Un trader perd 2 milliards d'euros

— 

UBS est la première banque suisse.
UBS est la première banque suisse. — S. TAN / AP / SIPA

Une nouvelle « affaire Kerviel » vient de secouer le monde de la finance. Un trader londonien de la banque suisse UBS a été arrêté hier matin par la police britannique. L'homme de 31 ans est soupçonné d'une fraude ayant entraîné la perte de 2 milliards de dollars en Bourse, après s'être adonné à des opérations non autorisées. Les mêmes faits avaient été reprochés au trader de la Société générale, accusé d'avoir fait perdre 4,9 milliards d'euros à sa banque en 2008.

« Incroyable »
L'affaire tombe mal pour cette banque d'investissement, numéro un du secteur en Suisse. UBS n'avait pas ménagé sa peine pour restaurer la confiance sur les marchés, après avoir été sauvé de la faillite en 2009. « C'est d'autant plus étonnant qu'UBS avait installé un système de contrôle strict », commente un analyste indépendant à Genève. « C'est incroyable qu'une telle affaire puisse se reproduire après ce qui s'est passé avec la Société générale. » Après l'affaire Kerviel, le PDG de la Société générale avait été contraint à la démission. La fraude chez UBS devrait avoir des conséquences similaires, et pourrait même signifier la vente prochaine de la banque d'investissement. Dans tous les cas, UBS aura du mal à rétablir son aura. « Le dégât d'image est sensible », souligne un trader basé à Zurich.G. W.