Un petit porteur gagne au civil

— 

Une centaine d'autres petits porteurs pourraient porter plainte.
Une centaine d'autres petits porteurs pourraient porter plainte. — R. DE LA MAUVINIERE / AP / SIPA

La décision va mettre du baume au cœur des 2,8 millions d'actionnaires particuliers de la banque d'affaires Natixis. Le 8 septembre dernier, le tribunal d'instance de Grenoble a condamné la Banque populaire des Alpes à verser 5 800 € de dommages et intérêts à l'un de ses clients. La faute de l'établissement : avoir vendu des actions Natixis, qui avaient chuté de 90 % peu après leur entrée en Bourse, sans dévoiler à ce client les liens d'intérêt entre les deux banques. Selon Serge Maître, président de l'Association française des usagers des banques interrogé sur Europe 1, « l‘établissement n'a pas été guidé par le souci d'un conseil adapté au client, mais par le souci de le faire souscrire à tout prix ».
La décision de justice pourrait faire jurisprudence. Les deux avocats du plaignant ont déjà été contactés par de petits porteurs, et ils estiment qu'« une centaine d'entre eux pourrait attaquer leur Caisse d'Epargne ou leur Banque populaire au civil. » D'autres condamnations pourraient donc suivre.
Mais la Banque populaire des Alpes ne compte pas en rester là. Par voie de communiqué, elle « conteste fermement ce jugement et a décidé de faire appel ».m.B.