Moody's abaisse la note de la Société générale et du Crédit Agricole

CRISE L'agence de notation met également sous surveillance négative la BNP Paribas...

M.P. avec Reuters

— 

Le siège de la Société Générale situé à la Défense.
Le siège de la Société Générale situé à la Défense. — J. SAGET / AFP

C'est une annonce qui n’a rien d’une surprise. Mais elle devrait entraîner à la baisse les cours de la bourse de Paris, déjà malmenés ces derniers jours. L’agence de notation Moody's Service a annoncé ce mercredi qu’elle déclassait d'un cran les notes du Crédit agricole et de Société générale,  en raison de leur exposition à l'économie grecque.

Moody's a réduit d'un cran la note de la dette à long terme et des dépôts de Société générale de Aa2 à Aa3, avec une perspective négative. Moody's pense que l'impact de la surveillance sur le Bank Financial Strength Rating (BFSR) sera limité à un cran.

Pour Crédit agricole, Moody's a déclassé le BFSR d'un cran, de C+ à C, et a ramené la note de la dette à long terme et des dépôts d'un cran, de Aa1 à Aa2.

La note de BNP Paribas n’a pas été déclassée mais l'agence maintient sous surveillance avec implication négative sa note à long terme et des dépôts Aa2, ainsi que la note du BFSR B-. Elle estime qu'il est improbable que cette mise sous surveillance débouche sur un déclassement de plus d'un cran.

La dégradation de la SocGen et de BNP Paribas n'inquiète pas vraiment le gouverneur de la Banque de France. Selon Christian Noyer, la situation des banques françaises ne risque pas de se dégrader davantage. «Les banques françaises gardent une excellente note et sont au même niveau que les grands banques européennes (...) Il n'y a pas de nouvelle très mauvaise», a-t-il indiqué ce matin sur les ondes de RTL.
 

Les banques françaises «n'ont pas besoin d'argent frais pour faire face à leurs engagements» et une nationalisation de ces banques «n'aurait aucun sens», a dit le gouverneur de la Banque de France.