Bourse : Le CAC 40 clôture la journée en forte hausse

ECONOMIE L'indice de la bourse de Paris reprend du poil de la bête dans des volumes d’échanges limités. L’attentisme des investisseurs prédominent avant le discours de Barack Obama sur l’emploi...

Mathieu Bruckmüller

— 

Un trader devant son ordinateur à la bourse de Paris.
Un trader devant son ordinateur à la bourse de Paris. — FRANCOIS MORI / AP / SIPA

Paris a mis fin à trois séances de forte baisse. Après avoir lâché 10% depuis vendredi, le CAC 40 a repris des couleurs mercredi avec un gain de 3,63% à 3.073,18 points.

La bonne nouvelle du jour est venu dans la matinée de Karlsruhe où la Cour constitutionnelle allemande a jugé légales les aides de Berlin pour lutter contre la crise de la zone euro qui comprennent la première aide à la Grèce en 2010 et la mise en place du fonds de secours européen.

Les valeurs bancaires à la fête

La décision a notamment bénéficié aux valeurs bancaires qui détiennent de la dette grecque. BNP Paribas s’est adjugé 6,68% à 31,64 euros, Natixis a gagné 3,89% à 2,53 euros, Crédit Agricole s’est apprécié de 3,2% à 5,74 euros et Société Générale a fini sur un gain de 2,4% à 19,38 points.

Au final, toutes les valeurs du CAC ont terminé la séance dans le vert. Cependant, ce rebond est essentiellement technique. «Les problèmes de fonds demeurent», souligne Dov Adjedj, vendeurs actions chez Aurel BGC. Les craintes autour de la Grèce et les risques de contagion à d’autres pays européens sont toujours présents.

Attentisme des investisseurs

D’ailleurs, le volume d’échanges est resté assez faible avec un peu plus de trois milliards d’euros contre 3,6 milliards mardi, «signe que les investisseurs restent attentistes», poursuit Dov Adjedj.

A l’instar de Paris et dans le sillage de l’ouverture en hausse de Wall Street, l’ensemble des places européennes ont fini en territoire positif. Ainsi Londres a pris 3,14%, Francfort 4,07% et Milan 4,24%.

En l’absence de grosses statistiques, les marchés devraient rester calmes jeudi avant le discours très attendu de Barack Obama après la clôture. Alors que le taux de chômage reste toujours très élevé, à 9,2%, le président américain pourrait annoncer un plan de 300 milliards de dollars selon CNN. Il jouera en grande partie sa réélection sur ce dossier.