les banques prennent cher

Thomas Lestavel

— 

Les banques européennes connaîssent des plus bas historiques en Bourse.
Les banques européennes connaîssent des plus bas historiques en Bourse. — J. BRINON / AP / SIPA

Les établissements bancaires européens, notamment français, subissent de plein fouet la dégringolade boursière amorcée en juillet. L'action Société générale a perdu 8,6 % lundi, et la moitié de sa valeur en deux mois. Pourtant, en 2010, les banques avaient annoncé des résultats et des bonus historiques. La page des subprimes semblait tournée. Pourquoi cette rechute ?

Le spectre des pays en difficulté. Les banques françaises sont fortement exposées à la dette de la Grèce, de l'Irlande, du Portugal, mais aussi de l'Espagne et de l'Italie. Or, la capacité à rembourser de ces pays est mise en doute par les marchés. En Grèce notamment, le déficit public se creuse plus vite que prévu et les dirigeants peinent à mettre en œuvre les mesures d'austérité. Les investisseurs craignent que l'Etat hellénique fasse défaut, au point que les titres de dette grecque à deux ans s'échangent actuellement sur la base d'un taux d'intérêt de… 50 % ! Dans les autres pays, entre autres l'Italie, les vastes plans d'austérité mettent en danger la croissance, donc les perspectives de rentrées fiscales… et donc les objectifs budgétaires.
Les craintes de récession. « Les cours de Bourse des banques sont extrêmement versatiles, ils dépendent avant tout du scénario de croissance à moyen terme », explique l'économiste Philippe Brossard à 20 Minutes. Or, les statistiques sur la croissance et l'emploi déçoivent, en Europe comme aux Etats-Unis, et les craintes de récession gagnent du terrain. Les anticipations sont pessimistes, les actions bancaires chutent.

Les subprimes, toujours. Vendredi, aux Etats-Unis, la Federal Housing Finance Agency a annoncé qu'elle poursuivait 17 établissements américains et européens pour fraude liée aux subprimes. Le montant en question est faramineux : 140 milliards d'euros. La Société générale fait partie des banques visées. Le groupe français aurait vendu des obligations adossées à des crédits immobiliers en les présentant sous un jour inexact. De nouvelles pertes liées aux subprimes sont donc à craindre…

nouvelle journée de baisse en bourse

Les Bourses européennes ont fini en baisse hier pour la troisième séance consécutive, plombées par les valeurs bancaires et les craintes croissantes du marché sur les dettes souveraines. En baisse de 1,13 %, le CAC a atteint son niveau le plus bas de l'année à 2 965 points. Francfort a fini en repli de 1 %, Milan de 1,98 %. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 a cédé 1,29 %.