Les valeurs bancaires font de nouveau baisser la Bourse de Paris sous les 3.000 points

ECONOMIE A l'instar de ses consoeurs européennes, la place parisienne signe une nouvelle séance de repli...

M.B. avec Reuters

— 

La Bourse de Paris, le 8 août 2011.
La Bourse de Paris, le 8 août 2011. — E. PIERMONT / AFP

Les séances se suivent et se ressemblent à la Bourse de Paris. Pour la troisième séance d’affilée, le CAC 40 a clôturé dans le rouge. Mardi, il s’est replié de 1,13% à 2.965,64 points.

Encore une fois, ce sont les valeurs bancaires qui ont fait plier l’indice phare plombé par les craintes croissantes du marché à l'égard des dettes souveraines, et plus particulièrement de la Grèce.

Bancaires et automobiles à la peine

Société Générale (-6,54% à 18,925 euros) a accusé la plus forte baisse devant BNP Paribas (-5,24% à 29,66 euros), Crédit Agricole (-4,72% à 5,569 euros) et Natixis (-4,57% à 2,442 euros). De son côté, l'indice Stoxx des banques européennes (-2,06%) a enregistré la plus forte baisse sectorielle.

Mauvaise séance également pour les groupes automobiles. Ils ont pâti des craintes d'une rechute en récession de l'économie européenne. Renault a perdu 3,15% à 23,99 euros, PSA 2,95% à 17,905 euros, et Michelin 1,57% à 44,60 euros.

De son côté, GDF Suez a lâché 2,07% à 19,63 euros malgré l'annonce d'un programme de rachat d'actions de 500 millions d'euros. Les Echos ont rapporté par ailleurs qu'il n'y aura pas de hausse des tarifs du gaz pour les particuliers au 1er octobre, la Commission de régulation (CRE) ne prévoyant pas de terminer son analyse de la formule tarifaire avant la fin septembre.

Essilor à la fête

A rebours de tendance, Essilor (+2,17% à 54,05 euros) a terminé en tête des hausses du CAC 40. L'action est passée au-dessus d'une résistance technique majeure, à 53 euros, soulignent des analystes techniques.

Enfin Sanofi (+1,66% à 48,88 euros) a dévoilé ses perspectives pour la période 2012-2015, qui incluent une progression moyenne de ses ventes d'au moins 5% par an et une part grandissante des plateformes de croissance, telles que les marchés émergents.

La journée a été négative pour la plupart des autres places européennes. Seuls Londres (+1,06%) et Zurich (+4,36%) ont fini dans le vert.