Etats-Unis: La tempête Irène exacerbe le débat sur le budget

TEMPETE Les républicains exigent des économies dans les dépenses, la Maison blanche pointe du doigt la gestion de l'administration Bush...

© 2011 AFP

— 

La ligne de gratte-ciels New York City, aux Etats-Unis, sous les trombes d'eau de l'ouragan Irene, dimanche 28 août 2011.
La ligne de gratte-ciels New York City, aux Etats-Unis, sous les trombes d'eau de l'ouragan Irene, dimanche 28 août 2011. — Karly Domb Sadof/AP Photo

Irène continue de faire des dégâts. Le passage de la tempête, qui a fait plus de 43 morts aux Etats-Unis, donne lieu à une nouvelle empoignade politique autour du déficit budgétaire, les républicains exigeant que l'aide aux sinistrés s'accompagne d'économies équivalentes dans les dépenses, alors qu'Obama a déclaré l'état de «catastrophe majeure» sur la région pour débloquer des fonds..

Le passage d'Irène le week-end dernier sur la côte Est des Etats-Unis a provoqué plus de 10 milliards de dollars de dégâts, a indiqué mercredi le cabinet spécialisé Eqecat.

Mais sans attendre de connaître la facture finale, le chef de la majorité républicaine à la Chambre des représentants, Eric Cantor, a exigé des économies budgétaires pour équilibrer les dépenses engendrées par Irène.

La gestion de George W. Bush mise en cause

«Dans des cas semblables, bien sûr, l'Etat fédéral a un rôle à jouer et à l'évidence nous trouverons l'argent. Mais il faudra faire en sorte qu'il y ait des économies ailleurs pour pouvoir y parvenir», a déclaré Cantor sur la chaîne de télévision Fox News.

En réponse, la Maison Blanche a souligné mardi que la priorité des pouvoirs publics devait être de «réagir à la catastrophe et d'aider les zones sinistrées à se rétablir». Le porte-parole de la présidence, Jay Carney, a accusé devant la presse la précédente administration républicaine du président George W. Bush d'avoir accumulé «des factures sans précédent sans jamais les payer». Il a cependant assuré que le président Barack Obama était «tout à fait décidé à s'en tenir à la discipline budgétaire».

Après des semaines d'un bras de fer budgétaire qui a entraîné l'abaissement de la note de la dette des Etats-Unis, démocrates et républicains se sont mis d'accord cet été pour dégager plus de 1.000 milliards de dollars d'économie sur les 10 ans qui viennent afin de réduire un endettement qui dépasse les 14.300 milliards.