Malgré le contexte économique morose, le Medef croit à une croissance solide

© 2011 AFP

— 

Le Medef a ouvert mercredi son université d'été avec un message d'optimisme, écartant pour le moment tout risque de récession malgré le ralentissement économique actuel, à condition toutefois que les Etats tiennent leurs promesses de réductions des déficits.

Sa présidente, Laurence Parisot, ne pouvait pas le nier: «C'est une rentrée qui se situe dans un contexte spécifique de ralentissement de l'activité économique».

«Mais ce que nous voulons vous dire, c'est que nous ne voyons pas de risque de récession et nous pensons qu'il y a dans les mois à venir de bonnes chances pour retrouver une croissance solide, un rythme suffisant pour créer des emplois et des richesses», a-t-elle insisté sur le campus d'HEC à Jouy-en-Josas (Yvelines).

Un sentiment partagé par le président de l'Union européenne, Herman Van Rompuy, qui a ouvert l'université d'été en se disant convaincu qu'une nouvelle récession pouvait être évitée.

Alors qu'une tempête boursière a secoué cet été la planète finance, «ce qui s'est passé au mois d'août apparaît déconnecté des fondamentaux et des indicateurs microéconomiques objectifs», a dit Laurence Parisot.

«Nous avons été frappés de constater que pour beaucoup d'entre nous, dans beaucoup de secteurs, les carnets de commandes restent de bon niveau», a-t-elle même assuré. «Nous n'avons aucun signe équivalent à ce que nous avions connu en 2008 au moment de la chute de Lehman Brothers», a-t-elle poursuivi, citant aussi de «sérieux relais de croissance» dans les pays émergents.

Pour autant, elle a fait état de «risques sérieux» liés aux dettes publiques, jugeant prioritaire le désendettement des Etats.