Medef: l'université d'été s'ouvre en pleine crise de la dette

© 2011 AFP

— 

«Villages et planètes, objectif B20»: le Medef veut examiner tous les enjeux au coeur duG20, à l'occasion de son université d'été qui s'ouvre mercredi, en pleines crise de la dette et stagnation économique en France.

L'événement «s'inscrit clairement dans le cadre du sommet de Cannes, début novembre, des chefs d'Etat et de gouvernement des vingt principaux pays riches et émergents», souligne l'organisation patronale.

Les 2 et 3 novembre prochain, le Medef organise d'ailleurs à Cannes, en marge de ce sommet, un «B20» (B pour business, ndlr) qui réunira les organisations patronales de ces Etats.

Pendant trois jours sur le campus d'HEC à Jouy-en-Josas (Yvelines), à partir de mercredi, le Medef va d'ores et déjà débattre de la coopération internationale et du renforcement de l'intégration européenne.

L'événement débutera d'ailleurs pas une plénière ouverte par le président de l'Union européenne, Herman Van Rompuy, à qui le président Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel ont récemment demandé de présider la zone euro.

Quelque 190 intervenants (dont 43 femmes) de 19 nationalités différentes sont attendus, dont treize membres du gouvernement.

Parmi eux, le ministre de l'Economie, François Baroin, la ministre du Budget, Valérie Pécresse, ou le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire.

Les grands patrons du CAC 40 seront comme toujours de la partie: Maurice Lévy (Publicis), Jean-Pierre Clamadieu (Rhodia), Louis Gallois (EADS) ou encore Christophe de Margerie (Total).

Trois responsables syndicaux ont aussi répondu cette année à l'invitation du Medef: Bernard Van Craeynest (CFE-CGC), Jean-Claude Mailly (FO) et Jacques Voisin (CFTC).

Comme à l'accoutumée, grands patrons, ministres et experts en tout genre vont se succéder pour plancher sur des thèmes aussi divers que «plus forts après la crise», «penser à 6,7 milliards d'êtres humains», «les recompositions géopolitiques» ou «l'innovation en équation».

«Les thématiques abordées seront très actuelles», souligne-t-on au Medef, qui entend faire la part belle aux sujets de la crise et de la dette. «Les problèmes de fond de notre société» seront aussi au menu, affirme l'organisation patronale, qui va débattre de l'égalité hommes-femmes ou du racisme.

Laurence Parisot devrait aussi profiter de la manifestation pour lancer des recommandations de politique économique au gouvernement, à quelques mois de la présidentielle.

Elle a déjà estimé que l'Etat devait faire plus d'économies et augmenter la fiscalité pour rééquilibrer son budget et que, idéalement, l'effort devrait être réparti à raison de deux tiers pour les économies et d'un tiers pour les impôts.