La SNCF voudrait construire une voie de TGV Moscou-Saint-Pétersbourg

© 2011 AFP

— 

La compagnie ferroviaire française SNCF va participer à l'appel d'offres qui doit être annoncé fin 2011 pour la construction d'une ligne à grande vitesse entre Moscou et Saint-Pétersbourg, a indiqué son PDG, Guillaume Pépy, dans une interview au quotidien Vedomosti.

"J'ai déjà promis à Vladimir Iakounine (le patron de la compagnie russe RZD, ndlr) de répondre positivement et de déposer un dossier pour l'appel d'offres", a déclaré M. Pépy dans cet entretien publié lundi, selon des propos traduits en russe. "La construction de la voie à grande vitesse Moscou-Saint-Pétersbourg est un projet très stimulant et d'une importance énorme, qui va ouvrir une nouvelle ère dans l'histoire des chemins de fer russes", a-t-il souligné. "Si bien que nous sommes prêts (à participer), quelles que soient les conditions", a-t-il insisté.

En janvier, le directeur général de Skorostnye Maguistrali, filiale chargée des voies de chemin de fer à grande vitesse de RZD, avait indiqué que la Russie annoncerait en décembre un appel d'offres international pour la construction de cette voie de chemin de fer de 660 km, un projet estimé entre 10 et 15 milliards d'euros.

Le nom du vainqueur doit être dévoilé "fin 2012-début 2013" et la construction devrait durer quatre ans, pour une mise en exploitation en 2017. Selon les médias russes, la compagnie allemande Deutsche Bahn, des groupes chinois et le coréen Hyundai sont aussi intéressés. Fin 2009, la Russie a lancé le Sapsan, son premier train à grande vitesse sur la ligne Moscou-Saint-Pétersbourg, qui circule pour l'instant sur les voies existantes, dont la vitesse est réduite à 200 km/h, les rails n'étant pas adaptés à une allure plus élevée.

Par ailleurs, étant donné que la Russie a décroché le Mondial-2018 de football, la RZD prévoit de construire de nouvelles voies de chemin de fer reliant plusieurs villes qui doivent accueillir les matches (Nijni-Novgorod, Kazan, Samara, Ekaterinbourg). Au total, ces marchés représentent environ 3.000 km de voies ferrées.