Il n'y aura bientôt plus d'abonnés au 12

©2006 20 minutes

— 

Plus qu’une semaine pour s’habituer aux numéros commençant par 118. Lundi prochain, tout appel
au 12, 222, 3200, 3211, 3912, 612 et 712 aboutira à unmessage sur les numéros d’urgence (Samu, police, etc.). Un changement important pour les consommateurs, encore très frileux. En janvier et en février, 85%des appels aux services de renseignements ont ignoré ces numéros, lancés en novembre pour favoriser la concurrence au 12. L’objectif affiché de cette libéralisation : offrir plus de
services aux consommateurs tout en baissant les prix. Depuis quelques mois, les sociétés se sont livrées à un matraquage publicitaire pour se tailler une part
d’un gâteau estimé à au moins 300 millions d’euros par an. Un casse-tête pour les clients, dénoncent les associations de consommateurs, rappelant l’expérience du Royaume-Uni, où une centaine de concurrents ont remplacé l’historique « 192 » en 2003.Au bout d’un an, le nombre d’utilisateurs, lassés par des prix et des taux d’erreur en hausse, a diminué de 50 %, selon la BBC. En France, l’enquête menée début 2006 par Familles de France épingle les écarts de prix et le manque d’information sur les tarifs, ce qui est illégal.Evoquant un bilan «mitigé », lundi dernier, le ministre de l’Industrie François Loos a promis d’être vigilant. L’Arcep, l’autorité des télécoms, doit sortir dans une semaine sa première étude sur la qualité des réponses des 118.

Angeline Benoit