Combien votre banque détient-elle de dettes grecque, italienne ou espagnole?

INFOGRAPHIE Découvrez les montants de l'exposition des banques françaises...

Thibaut Schepman

— 

Salle des traders de Francfort, Allemagne, le 9 août 2011.
Salle des traders de Francfort, Allemagne, le 9 août 2011. — AFP PHOTO / FREDRIK VON ERICHSEN GERMANY OUT

Difficile de dire si les banques sont les victimes du dégringolage boursier ou si ce sont elles qui entraînent les cours à la baisse. Une chose est sûre, ce sont elles qui ont baissé le plus en Bourse depuis l'aggravation de la crise de la dette.

Une raison à cela: elles ont beaucoup investi dans la dette des pays en crise à savoir la Grèce, l'Irlande, l'Espagne, l'Italie et le Portugal. Depuis mai 2010, la crise grecque pénalise déjà les banques françaises, qui détiennent 56 milliards de créances publiques et privées. Elles perdraient beaucoup si Athènes n'était plus en mesure de rembourser ses emprunts. Mais si l'Italie ou l'Espagne étaient frappées à leur tour, c'est carrément la faillite qui menacerait ces banques, puisque les sommes engagées sont bien plus grandes. C'est ce scénario catastrophe qui explique la chute des valeurs bancaires. Tour d’horizon de l’exposition de la France aux créances des pays européens en difficulté.

Update 17h30 : @juliokut La Caisse d'Epargne a fusionné avec la Banque Populaire. Les deux établissements sont donc réunis en un, la BPCE, qui figure en bas de notre infographie.