Crise de la zone euro: Les dirigeants politiques se mobilisent

ÉCONOMIE ls multiplient les entretiens bilatéraux et le G7 des ministres des Finances doit être avancé...

M.P. avec Reuters

— 

Angela Merkel accueille Nicolas Sarkozy à Berlin, le 20 juillet 2011.
 
Angela Merkel accueille Nicolas Sarkozy à Berlin, le 20 juillet 2011.   — Ferdinand Ostrop/AP/SIPA

Les dirigeants européens ont multiplié les contacts ce vendredi en fin de journée afin d’afficher un front uni face à la dégradation de la situation économique de la zone euro. Un vent de panique semble souffler sur celle-ci, avec des bourses qui plongent, dont la place parisienne qui  a clôturé à la baisse ce vendredi pour la 10e journée consécutive. Les marchés réclament une action radicale pour enrayer la spirale de la crise de la dette.

Nicolas Sarkozy s'est entretenu au téléphone avec la chancelière allemande Angela Merkel mais aussi avec Jose Luis Zapatero, le chef du gouvernement espagnol et Silvio Berlusconi, le président du Conseil italien, a fait savoir l’Elysée, alors que l’Italie et l’Espagne, 3e et 4e économies de la zone euro, sont entraînés à leur tour dans une crise de la dette sévère. Nicolas Sarkozy s’entretiendra également avec Barack Obama dans la soirée, tout comme Angela Merkel, a annoncé la Chancellerie.                   

Le plan mis en route «dès que possible»             

Le porte-parole du gouvernement espagnol a indiqué à Madrid que Nicolas Sarkozy et Jose-Luis Zapatero étaient convenus de la nécessité d'approfondir la coordination entre décideurs. Les deux dirigeants sont également tombés d'accord sur une application «dès que possible» de l'accord conclu par l'Eurogroupe le 21 juillet pour venir en aide aux pays de la zone euro «en difficulté». «Tous les partenaires de ces conversations se sont accordés pour dire que les décisions prises lors du sommet du 21 juillet devaient rapidement être mises en œuvre», a confirmé le porte-parole d’Angela Merkel.

Et Silvio Berlusconi a fait savoir qu’il s’était mis d’accord avec Nicolas Sarkozy pour avancer la réunion du G7 de quelques jours.  «La situation est très difficile et elle réclame des interventions coordonnées. Il faut reconnaître que le monde est entré dans une crise financière globale qui concerne tous les pays», a commenté l’Italien, qui a par ailleurs promis un retour à l’équilibre budgétaire pour 2013.

Chine et Japon préoccupés

La mobilisation dépasse le cadre strictement européen puisque la Chine et le Japon, les deux principaux créanciers étrangers des Etats-Unis, ont appelé à la coopération internationale, rejoints par l'Union européenne. «La coordination politique internationale à travers le G7 et le G20 est d'une importance cruciale», a déclaré le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires Olli Rehn, qui a interrompu ses vacances pour rentrer à Bruxelles où il a tenu une conférence de presse.

Olli Rehn devait également discuter de la situation avec le Royaume-Uni, qui ne fait pas partie de la zone euro mais pâtit lourdement de la fébrilité des marchés. Il devait s'entretenir avec le chancelier de l'Echiquier George Osborne et le gouverneur de la Banque d'Angleterre, selon une source du Trésor britannique.