Enquête Lagarde: «Une honte nationale», dit Eva Joly

ECONOMIE Pour la candidate EELV à la présidentielle, l'enquête ouverte par la Cour de Justice de la République constitue la «chronique d'une honte nationale annoncée».

© 2011 AFP

— 

Eva Joly le 15 juillet 2011.
Eva Joly le 15 juillet 2011. — A.C. POUJOULAT / AFP

La candidate EELV à la présidentielle Eva Joly a estimé vendredi que l'enquête sur le rôle de Christine Lagarde dans le règlement du différend entre Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais constituait «une chronique d'une honte nationale annoncée».

«C'est la chronique d'une honte nationale annoncée (...). Autant la situation de Dominique Strauss-Kahn n'était pas prévisible, autant celle de Christine Lagarde l'était», a-t-elle estimé à Hillion (Côtes-d'Armor).

Un scandale qui aurait pu être évité

«Nous aurions pu éviter d'ajouter un nouveau scandale au scandale DSK», a-t-elle ajouté, estimant que «cette situation va alimenter les préjugés» contre les Français à l'étranger.

«On voit le gouvernement agir avec le mépris des institutions», a-t-elle ajouté.

Interrogée par ailleurs sur la crise financière, Eva Joly a souligné qu'il serait «beaucoup plus difficile pour l'Europe de répondre à une attaque sur l'Italie et l'Espagne» que de répondre aux attaques sur l'économie grecque.

L'Europe doit progresser

«Il va falloir que l'Europe progresse et que nous fassions un pas vers une Europe plus forte», une Europe plus «fédéraliste», a-t-elle dit.

La Cour de justice de la République a ouvert jeudi une enquête sur le rôle de l'actuelle directrice générale du FMI dans l'affaire Tapie/Crédit Lyonnais, quand elle était ministre de l'Economie.

Eva Joly fait vendredi un déplacement dans les Côtes-d'Armor, consacré à la prolifération des algues vertes et aux nouvelles pratiques agricoles.

Elle s'est rendue notamment dans l'estuaire du Gouessant, où 36 sangliers ont été retrouvés morts au mois de juillet, peut-être en raison d'une intoxication au H2S, le gaz produit par les algues vertes en décomposition.