Pourquoi les Bourses mondiales s'emballent

FINANCES Les inquiétudes grandissent sur la situation de l'économie...

E.M.

— 

La Bourse de New York le 4 août 2011.
La Bourse de New York le 4 août 2011. — Jin Lee/AP/SIPA

De Paris à Tokyo, en passant par New York, les places boursières mondiales s’affolent. Le CAC 401 a ouvert en nette baisse vendredi après avoir dégringolé de 3% la veille.

La Bourse de Tokyo est retombée vendredi à son plus bas niveau depuis sa chute post-séisme en mars dernier. Quant à Wall Street, le jeudi noir s’est achevé par une baisse de 5%.

Ces mauvais chiffres témoignent des inquiétudes croissantes sur la santé de l’économie mondiale. 20Minutes fait le point sur la situation.

Pourquoi les marchés s’affolent-ils?

Même si le plafond de la dette américaine a été relevé cette semaine, la situation économique de la première puissance économique mondiale inquiète. Les derniers indicateurs publiés cette semaine montrent une croissance atone.

IHS Global Insight estime ainsi à 40% la probabilité d'une nouvelle récession aux Etats-Unis.

L’autre crainte provient tout droit d’Europe. Malgré la mise en place d’un second plan de sauvetage pour la Grèce, la zone euro ne parvient toujours pas à enrayer la crise de la dette.

Les investisseurs craignent à présent que l’Italie et l’Espagne ne soient pas en mesure de rembourser ce qu’ils doivent et aient besoin d’une aide financière.

Jusqu’où cela peut-il continuer?

Les investisseurs attendent la publication vendredi à 14h30 des chiffres de l’emploi aux Etats-Unis en juillet. «Ils essaieront de voir si une lueur d'espoir peut sortir de ces chiffres, permettant de remonter la pente», indique Cameron Peacock, analyste chez IG Markets.

La Réserve fédérale américaine tient également sa prochaine réunion de politique monétaire mardi. Mais elle ne peut pas faire grand-chose de plus que de maintenir des taux d'intérêt très bas pour relancer la croissance.

Et si cette chute des Bourses repose sur des éléments objectifs, elle tient aussi à une grande part d’irrationnel. Les marchés boursiers sont «dans un état de panique absolue», résume ainsi Cameron Peacock.

Que faire pour arrêter cette chute?

Un seul mot d’ordre: rassurer les investisseurs. La Banque centrale européenne a ainsi repris jeudi ses rachats de dette sur les marchés après une interruption de quatre mois. Mais cet interventionnisme n’a du tout eu l’effet escompté.

Nicolas Sarkozy appellera de son côté séparément ce vendredi après-midi la chancelière allemande, Angela Merkel, et le président du gouvernement espagnol, José Luis Zapatero, pour faire le point sur la situation.

La Chine et le Japon ont quant à eux appelé à davantage de coopération internationale.