Enquête Lagarde: «Ce n'est pas mon problème», dit Bernard Tapie

ECONOMIE L'ancien homme d'affaires ne se sent nullement concerné par les investigations lancées jeudi par la Cour de justice de la République...

© 2011 AFP

— 

La directrice générale du FMI, Christine Lagarde, et Bernard Tapie.
La directrice générale du FMI, Christine Lagarde, et Bernard Tapie. — GOBET-DEMARTHON / AFP

Après les investigations lancées jeudi par la Cour de justice de la République (CJR) contre Christine Lagarde à propos d'un arbitrage concernant l'homme d'affaires Bernard Tapie, ce dernier estime vendredi dans Libération qu'en «aucun cas, la sentence arbitrale qui a été rendue ne peut être remise en cause, c'est absolument impossible».

«Ce n'est pas mon problème»

Ces investigations ne le «concernent pas (...) Ce n’est pas mon problème», affirme Bernard Tapie.

La CJR a ouvert jeudi une enquête sur la directrice générale du Fonds monétaire International (FMI), Christine Lagarde, pour son rôle dans l'affaire Tapie/Crédit Lyonnais quand elle était ministre de l'Economie. Cela concerne l'arbitrage ayant mis fin en juillet 2008 au conflit entre Bernard Tapie et l'ancienne banque publique Crédit Lyonnais, au sujet de la vente d'Adidas en 1993.

285 millions d'euros d'indemnités

On reproche à Mme Lagarde d'avoir recouru à cet arbitrage privé alors qu'il s'agissait de deniers publics, d'avoir eu connaissance de la partialité de certains juges arbitres et de ne pas avoir exercé de recours contre cet arbitrage controversé alors que plusieurs spécialistes l'y avaient encouragée. Le tribunal arbitral, juridiction privée, avait condamné le Consortium de Réalisation (CDR), structure publique qui gérait le passif du Crédit Lyonnais, à verser à l'homme d'affaires 285 millions d'euros d'indemnités (400 millions d'euros avec les intérêts).

«Aucune faute n'a été commise»

Bernard Tapie estime qu'il «vaut mieux qu'une enquête approfondie soit menée par la CJR, elle aboutira, j'en suis absolument convaincu, à la même conclusion que le tribunal administratif : aucune faute n'a été commise».

Evoquant les réactions socialistes se félicitant de l'ouverture de cette enquête, et notamment celle du patron des députés PS, Jean-Marc Ayrault, qui a estimé jeudi que l'avis de la CJR montrait la «confusion d'intérêts "au sommet de l'Etat», Bernard Tapie estime que «les socialistes ont la mémoire courte».

«Ils oublient que la même procédure arbitrale a été engagée à de très nombreuses reprises par le CDR sous la tutelle de ministres socialistes», dit-il.