Dette américaine: Le compte à rebours a commencé pour les Etats-Unis

ECONOMIE Barack Obama a donné jusqu'à vendredi aux parlementaires pour trouver un accord...

E.M. avec Reuters
— 
Barack Obama lors d'une conférence de presse le 19 juillet 2011 à Washington (Etats-Unis).
Barack Obama lors d'une conférence de presse le 19 juillet 2011 à Washington (Etats-Unis). — MANDEL NGAN / AFP

Les négociations budgétaires aux Etats-Unis sont entrées dans une phase critique vendredi, alors que Barack Obama tente d'arracher un accord aux responsables parlementaires sur la réduction du déficit.

Date du 22 juillet

La Maison blanche avait en effet fixé le 22 juillet comme date limite pour trouver un accord sur un relèvement du plafond de la dette, afin de disposer d'un délai pour enclencher le processus législatif avant le 2 août, date butoir à laquelle Washington se retrouverait en situation de défaut.

Le président américain et John Boehner, président républicain de la Chambre des représentants, ont planché sur un dispositif prévoyant jusqu'à 3.000 milliards de dollars de réduction des dépenses mais écartant pour le moment une réforme fiscale, ont fait savoir des sources du Congrès.

«Il va y avoir de nombreuses prises de bec sur les détails de tous ces plans dans les jours à venir», a prévenu Barack Obama dans un appel au compromis lancé dans les colonnes du journal USA Today.
                                   
«Mais nous avons actuellement l'opportunité de réaliser quelque chose de grand et porteur de sens.»

Déficit

De source parlementaires, l'objectif est avant tout de définir une série de mesures sur 10 ans pour réduire le déficit tout en sauvant le triple A de la note souveraine américaine.

Un échec de ces négociations sur l'augmentation du plafond d'endettement de Washington, actuellement de 14.300 milliards de dollars, mettrait les Etats-Unis dans l'incapacité d'honorer une partie de leurs dettes, ce qui pourrait plonger le pays dans la récession et provoquer une nouvelle crise mondiale sur les marchés financiers.

L'agence de notation Standard & Poor's a réaffirmé jeudi qu'il y avait une chance sur deux qu'elle baisse la note souveraine des Etats-Unis d'ici trois mois, selon Market News International.

Faillite

Certains démocrates critiquent l'empressement du président américain à faire des concessions sur la question d'une réduction des dépenses sociales et souhaitent une augmentation immédiate des impôts.
                                   
Or cette dernière proposition est vigoureusement rejetée par les républicains et reste la principale pierre d'achoppement des négociations. La détermination d'un calendrier et des modalités d'une hausse des recettes fiscales, posés par la Maison blanche comme condition sine qua non à un accord, font toujours l'objet de débats houleux

Le secrétaire d'Etat au Trésor américain Timothy Geithner rencontrera le président de la Réserve fédérale Ben Bernanke et le président de la Réserve fédérale de New York William Dudley vendredi matin.