Les banques françaises passent les tests de résistance avec succès

FINANCE Huit banques européennes, dont cinq établissements espagnols, deux grecs et un autrichien, ont en revanche échoué...

M.P. avec Reuters

— 

Le siège de la banque Société générale à La Défense en janvier 2008.
Le siège de la banque Société générale à La Défense en janvier 2008. — MEIGNEUX/SIPA

«Ouf» de soulagement pour les banques françaises, qui ont passé avec succès les tests de résistance bancaires, a annoncé vendredi la Banque de France. BNP Paribas, BPCE (Banque populaire-Caisse d'épargne), Crédit agricole et Société générale ont donc les reins assez solides pour subir une éventuelle nouvelle crise.

>> Pour tout comprendre sur les tests de résistance, c'est par ici

La banque centrale explique dans un communiqué que les quatre banques affichent un ratio de fonds propres agrégés de 7,5% à fin 2012 dans le scénario économique le plus défavorable retenu par l'Autorité bancaire européenne (ABE), qui a mené les stress tests sur 90 établissements à travers l'Europe. L'ABE  exigeait un seuil minimum de 5% à fin 2012. «Leur niveau de capital est au final approprié puisqu'il leur permettrait de financer l'économie même dans le scénario le plus dégradé», souligne Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France.

«Le système bancaire français, c'est une confirmation, est solide», a commenté François Baroin, le ministre de l'Economie, lors d'une conférence de presse. «Il faut y voir le fruit d'une gestion des risques rigoureuse de la part des banques françaises et cela vient confirmer la solution du modèle de banque universelle», a-t-il ajouté.

Une levée de capital de 2,5 milliards d'euros

Sur les 90 établissements bancaires testés dans 21 pays européens, huit banques ont échoué. Il s’agit de cinq banques espagnoles, de deux banques grecques et d’une banque autrichienne. D’après les «stress tests» révélés par l’ABE, ces établissements ne sont pas assez solides pour résister à une récession prolongée et doivent lever 2,5 milliards d'euros de capital.

Les marchés s'attendaient à ce que 5 à 15 banques échouent aux tests. Tous les grands établissements financiers les ont réussis, comme attendu.