Portugal: le gouvernement table sur une récession plus accentuée en 2011

© 2011 AFP

— 

L'économie portugaise devrait se contracter de 2,3% cette année puis de 1,7% en 2012, alors que le pays a commencé à mettre en oeuvre un programme d'austérité en échange d'une aide internationale, a annoncé jeudi le ministre des Finances Vitor Gaspar.

"La reprise économique n'aura lieu qu'en 2013", a déclaré M. Gaspar lors d'une conférence de presse.

Dans ses dernières prévisions publiées mardi, la Banque du Portugal tablait sur une récession de 2% cette année et de 1,8% en 2012, tandis que l'UE et le FMI ont prévu une contraction de l'économie de 2,2% en 2011 et de 1,8% l'année prochaine.

Le nouveau gouvernement de coalition de droite, issu des élections de juin dernier, a présenté un programme qui se veut plus rigoureux que le plan d'aide UE-FMI, afin de ramener le déficit public de 9,1% du PIB en 2010 à 5,9% cette année, puis à 3% en 2013.

"Comme l'échec n'est pas une option, nous devons parier sur la prudence", a affirmé M. Gaspar expliquant que le gouvernement travaillait sur des scénarios provisoires.

Le ministre des Finances a ainsi confirmé jeudi une accélération du plan de privatisations, ainsi que la création d'une taxe spéciale portant sur les revenus de 2011, qui doit rapporter au total quelque 1,025 milliard d'euros, dont "840 millions en 2011".

Le ministre a souligné que la crise qui frappe le Portugal "est sans précédent dans l'histoire récente du pays".

"Les risques économiques et financiers que le pays affronte sont d'une magnitude considérable (...), ce qui exige de garantir, voire même de dépasser les objectifs prévus", a-t-il dit, précisant que son ministère préparait des mesures supplémentaires de réduction des dépenses.

"D'après l'information dont nous disposons à ce stade, encore provisoire, il en ressort qu'il faudra corriger un excès des dépenses de l'ordre du milliard d'euros", a-t-il précisé.

Selon le nouveau scénario macroéconomique du gouvernement, la demande intérieure du pays devrait se contracter de 5,8% en 2011, puis de 4% l'an prochain.

Les exportations devraient en revanche augmenter de 6,7% cette année et de 5,6% en 2012, tandis que les importations devraient reculer de 4,8% et de 1,3% l'année prochaine.

Le taux de chômage devrait atteindre 12,5% en 2011 et 13,2% en 2012.

Troisième pays de la zone euro à faire appel à une aide extérieure après la Grèce et l'Irlande l'an dernier, le Portugal s'est engagé à mettre en oeuvre un exigeant programme de rigueur et de réformes sur trois ans, en échange d'un prêt de 78 milliards d'euros négocié fin mai.

La pression sur le Portugal s'est encore accentuée depuis la décision la semaine dernière de l'agence Moody's de dégrader la note du pays, la reléguant au niveau des investissements "spéculatifs".

Moody's a estimé que, comme la Grèce, le Portugal pourrait avoir besoin d'un deuxième plan d'aide avant de pouvoir retourner sur les marchés pour emprunter.