L'activité courrier décline un peu moins vite que prévu à La Poste

© 2011 AFP

— 

La Poste constate que son activité courrier décline un peu moins rapidement que prévu et estime que la chute de 30% des volumes ne se concrétisera pas avant 2016, au lieu de 2015 annoncé auparavant, selon Les Echos de ce vendredi, des chiffres confirmés par La Poste. Le chiffre d'affaires du métier historique, le courrier, une activité fortement concurrencée par les échanges via internet, devrait avoisiner 10,6 milliards d'euros en 2015 «alors que les prévisions du plan stratégique tablaient plutôt sur le niveau de 10,1 milliards d'euros», indique le quotidien économique.

Le groupe s'attend même désormais à ce «que le courrier dégage un résultat d'exploitation de 391 millions d'euros en 2015 alors que 151 millions d'euros étaient attendus initialement», précisent Les Echos. Interrogée par l'AFP, La Poste a confirmé ces chiffres, soulignant qu'il s'agit d'une «réactualisation» de son plan stratégique «Ambition 2015», présenté en avril 2010. Sur l'ensemble de ses activités, le groupe maintient son objectif d'«une croissance du chiffre d'affaires pour atteindre en 2015 plus de 22 milliards d'euros» et «un niveau de marge opérationnelle de 8% en 2015», selon un communiqué.

Baisse des volumes de plis distribués de l'ordre de 30% par rapport à 2009

Pour le courrier, le groupe maintient sa prévision d'une baisse des volumes de plis distribués de l'ordre de 30% par rapport à 2009, mais estime que cette baisse prendra un peu plus de temps, et ne sera atteinte qu'en 2016, contre la date de 2015 prévue précédemment, a expliqué le service de presse à l'AFP. En revanche, la Banque postale devrait faire un peu moins bien que prévu: son produit net bancaire, initialement prévu à 6,935 milliards d'euros en 2015, devrait s'élever à 6,686 milliards, et le résultat d'exploitation atteindre 1,608 milliard d'euros fin 2015 au lieu du 1,806 milliard prévu.

Ce réajustement s'explique en partie par les difficultés rencontrées dans l'assurance-vie et le ralentissement de la demande dans le crédit à la consommation, même si ce dernier produit a réalisé une performance conforme aux prévisions. Le taux de distribution des bénéfices, via des dividendes versés à l'Etat actionnaire et la Caisse des dépôts et consignations, va "être porté de 25% à 36%" indiquent aussi Les Echos, sans préciser à quelle date, ni citer directement de source. Le service de presse de La Poste n'a pas confirmé cette information.