Comment obtenir et utiliser des chèques-vacances

ECONOMIE Les congés d'été ont commencé pour beaucoup de Français...

E.M.

— 

Illustration départ en vacances à la gare de Montparnasse, à Paris le 3 juillet 2010. 
Illustration départ en vacances à la gare de Montparnasse, à Paris le 3 juillet 2010.  — SICHOV/SIPA

Les chèques-vacances n’ont jamais été autant utilisés. Face à un pouvoir d’achat en berne, les commandes pourraient atteindre un niveau record en 2011, selon des chiffres publiés jeudi par Les Echos. 20Minutes fait le point sur ce moyen de paiement pour vos congés.

Qu’est ce que le chèques-vacances?

L’Agence nationale pour les chèques-vacances (ANCV) a été mise en place en 1982 par le Ministère du temps libre.

Le principe est simple: l’ANCV délivre ces titres de paiement aux employeurs et comités d’entreprise (CE), ou équivalents dans la fonction publique. Ces derniers les cèdent ensuite aux salariés en prenant en charge une partie de leur valeur, qui varie selon la société.  

Ces chèques-vacances sont exonérés de cotisations sociales, dans la limite de 400 euros par an et par salarié. Et ils ne sont également pas soumis à l’impôt sur le revenu, dans la limite d’un Smic mensuel brut par an.

Qui bénéficie des chèques-vacances?

Tous les Français peuvent en théorie bénéficier de ce titre de paiement. Chaque année, ce sont ainsi plus de 3 millions de salariés du privé et du public qui les utilisent.

Ce dispositif reste cependant l’apanage des grandes entreprises qui possèdent de puissants CE. Une loi de juillet 2009 a simplifié les règles pour permettre aux salariés des sociétés de moins de 50 personnes de bénéficier aussi des chèques-vacances.

L’objectif était alors que 500.000 salariés de ces TPE (très petites entreprises) puissent accéder à ce moyen de paiement. Ils ne seront cependant que 75.00 environ cette année, contre 45.000 en 2010 et 35.000 en 2009.

Comment peut-on les utiliser?

Avec un montant moyen de 380 euros, les chèques-vacances sont valables deux ans pour des prestations en France (y compris les DOM-TOM) et à destination des pays de l'Union européenne.

Gîtes, campings, hôtels, restaurants, musées: les salariés peuvent aujourd’hui les utiliser dans un réseau de 160.000 professionnels du tourisme et des loisirs.

En 2009, 30% des montants étaient consacrés à l’hébergement, 26% au transport, 26% à  la restauration et 18% aux pratiques culturelles et sportives.