Vodafone quitte le Japon à bon compte

©2006 20 minutes

— 

Le numéro un mondial de la téléphonie se tire du bourbier japonais. Vodafone a accepté vendredi l'offre de Softbank, groupe nippon du secteur Internet. Pour 13 milliards d'euros, le groupe se déleste de Vodafone KK, sa filiale locale.

Le groupe n'avait jamais fait jeu égal avec ses concurrents : depuis son arrivée sur l'archipel, l'opérateur n'a pu réunir que 15 millions de clients. Alors que les deux leaders du marché, NTT-DoComo et KDDI cumulent 76 millions d'abonnés. Actuellement dans la tourmente – Vodafone a prévenu fin février que ses résultats 2006-2007 seraient décevants –, la direction compte reverser 9 milliards d'euros à ses actionnaires. De quoi calmer leurs inquiétudes.