Retraites: Pourquoi la durée des cotisations pourrait augmenter

SOCIAL La loi Fillon de 2003 impose une hausse en fonction de l'évolution de l'espérance de vie...

E.M.

— 

Illustration - Vie quotidienne des retraités. 04/2010
Illustration - Vie quotidienne des retraités. 04/2010 — APESTEGUY/SIPA/1004231344

Le ministre du Travail, Xavier Bertrand, a annoncé mardi une hausse de trois mois de la durée de cotisation pour avoir une retraite à taux plein. Le Conseil d'orientation des retraites (Cor) se réunit mercredi pour discuter de cette évolution. 20Minutes fait le point sur cette évolution.

Quelles sont les raisons d’une telle hausse?

Selon la loi Fillon de 2003, le rapport entre la durée de cotisations et la durée moyenne de la retraite doit rester stable. La hausse de l’espérance de vie doit donc se répartir entre un allongement de la vie professionnelle et de la durée de la retraite.

Or, d’après les projections de l’Insee, l’espérance de vie à partir de 60 ans a gagné une année en quatre ans pour atteindre 24,42 ans. La durée de cotisations pour avoir une retraite à taux plein devrait donc mécaniquement augmenter.

Qui est concerné?

Depuis un décret publié en décembre dernier, les personnes nées en 1953 et 1954 doivent cotiser 165 trimestres, soit 41 ans et trois mois.

Ce sont donc les Français nés à partir 1955 qui pourraient être concernés. Ils devraient alors travailler trois mois de plus, à 166 trimestres, soit 41 ans et demi, d’ici à 2013.

Cette augmentation arrive plus rapidement que ne le laissaient supposer les premières estimations. Les précédentes prévisions de l'Insee indiquaient que le passage à 166 trimestres ne se ferait que d’ici à 2020, pour les Français nés à partir de 1958. 

Quelles sont les réactions à cette probable augmentation?

Les syndicats s’insurgent de cette éventuelle hausse de la durée de cotisation.

«Moins d'une semaine après l'entrée en vigueur de la loi de 2010 augmentant déjà la durée de cotisation nécessaire pour une pension à taux plein, le suivi intransigeant de cet avis s'appuyant sur l'allongement de la durée de la vie serait une véritable provocation pour les travailleurs», estime ainsi la CFDT dans un communiqué.

Les organisations syndicales critiquent en outre le fait que l’espérance de vie à la retraite soit calculée à partir de 60 ans alors que l’âge légal de départ est passé à 62 ans.

 «C'est un sacrifice supplémentaire demandé aux Français, quand les revenus du capital sont, eux, exemptés de toute forme de contribution», a de son côté souligné le porte-parole du PS, Benoît Hamon. Cela «nous confirme dans notre conviction que cette réforme était mauvaise, confirme les 70% de Français qui y étaient opposés, qui ont eu raison de se mobiliser, de battre le pavé contre cette réforme», a-t-il ajouté lors d'un point de presse.

Dans un communiqué diffusé lundi, le président du Cor a cependant rappelé que l’avis technique demandé à son institution «ne constitue en aucune manière une préconisation du Cor. Il s'agit d'effectuer un constat factuel dans le cadre du dispositif législatif et réglementaire en vigueur.»