La Bourse de Paris fléchit légèrement (-0,11%), privée de Wall Street

© 2011 AFP

— 

La Bourse de Paris a terminé en très légère baisse lundi, cédant 0,11%, au terme d'une séance très calme en raison de la fermeture de Wall Street et après une semaine de forte progression.

Le CAC 40 a lâché 4,24 points à 4.003,11 points, dans un volume d'échanges faible de 2,272 milliards d'euros, contre 3 milliards d'euros en moyenne les jours précédents.

Les autres places boursières européennes ont également manqué de repères. Londres a pris 0,46% et Francfort 0,32% tandis que l'Eurostoxx 50 a perdu 0,19%.

Les investisseurs ont été nombreux à se tenir à l'écart du marché, alors que Wall Street est resté fermé en raison de l'Independance Day, la fête nationale aux Etats-Unis.

"C'est très calme, mais c'était prévisible. Quand Wall Street ferme, les marchés sont un peu moins inspirés", souligne Yves Marçais, vendeur d'actions chez Global Equities.

Par ailleurs, les investisseurs ont respiré après une semaine de forte progression, qui a vu le CAC 40 prendre 5,88% grâce à l'adoption du plan d'austérité en Grèce.

"Il serait logique de reprendre notre souffle", selon M. Marçais.

En l'absence de chiffres macroéconomiques lundi, les investisseurs sont dans l'attente de la publication de l'indice ISM d'activité dans les services pour juin aux Etats-Unis, prévue mercredi, selon le vendeur d'actions.

La hausse de l'indice ISM d'activité dans l'industrie avait en effet encouragé les marchés la semaine dernière.

Lundi, le marché parisien a été principalement animé par une note de l'agence de notation Standard and Poor's sur le plan discuté par les autorités européennes et le Fonds monétaire international (FMI) pour alléger le fardeau de la dette grecque, en particulier les propositions françaises.

L'agence estime qu'un tel plan pourrait constituer un défaut de paiement, Paris proposant que les créanciers français réinvestissent volontairement 70% des sommes remboursées par la Grèce au titre des obligations arrivant à échéance.

Pour les stratégistes du Crédit Mutuel-CIC, "S&P pourrait perturber la donne concernant la Grèce", alors que ce week-end, les ministres des Finances de la zone euro ont donné leur feu vert au déblocage de 8,7 milliards d'euros.

Les valeurs bancaires ont souffert à l'image de BNP Paribas (-1,08% à 53,95 euros), Crédit Agricole (-1,34% à 10,65 euros), Natixis (-0,33% à 3,57 euros) et Société Générale (-1,34% à 41,87 euros).

De leur côté, les valeurs des assureurs français n'ont pas réagi aux tests de résistance européens publiés en milieu de journée selon lesquels environ 10% des assureurs européens (aucun français) ne seraient pas en mesure de faire face à des chocs économiques importants. Axa a lâché 0,47% à 15,77 euros.

Wendel a perdu (-3,08% à 83,65 euros), le courtier Exane BNP Paribas étant passé de "surperformer" à "neutre" sur la valeur.

Carrefour a reculé de 1,69% à 27,68 euros. Son conseil d'administration s'est prononcé en faveur du projet de partenariat stratégique au Brésil avec le numéro un local de la distribution CBD Pao de Açucar, sous réserve de l'approbation de ce dernier.

Casino a pris en revanche 1,53% à 66,56 euros, le groupe, actionnaire de CBD, ayant annoncé le lancement devant la Chambre de commerce internationale (CCI) d'une seconde procédure d'arbitrage à l'encontre de son partenaire brésilien Diniz, afin de faire respecter leur pacte d'actionnaires.

Alcatel-Lucent a gagné 2,53% à 4,13 euros après avoir été choisi par China Telecom pour fournir des services multimédias sur une plate-forme IP (Internet protocol) commune à quelque 120 millions de clients.

Enfin, Nexity a pris la tête du SBF 120 (+6,60% à 34,90 euros). Emmanuel Parot, analyste chez Gilbert Dupont, rappelle que le groupe a annoncé vendredi soir la signature "de deux opérations significatives dans le tertiaire", concernant des bureaux et des logements à Paris.

  1. Euronext (CAC 40)