Qui est Lactalis, futur géant mondial du lait?

ÉCONOMIE n groupe omniprésent dans les étals…

Thibaut Schepman
— 
FRANCE, Laval : Photo prise dans une ligne d'assemblage de yaourt du groupe Lactalise le 16 décembre 2006.
FRANCE, Laval : Photo prise dans une ligne d'assemblage de yaourt du groupe Lactalise le 16 décembre 2006. — AFP PHOTO JEAN-FRANCOIS MONIER

Dernière minute: Le groupe Lactalis a bien pris le contrôle de Parmalat mardi à 19h

Lactel, Président, La Laitière, Rondelé… Toutes ces marques appartiennent au même groupe, Lactalis. Son nom, méconnu, n’est pas présent sur les étiquettes. Mais ses dizaines de produits sont partout dans les étals et en font un géant multinational du lait. En achetant l’italien Parmalat ce mardi, le groupe pourrait même bien devenir le numéro un mondial.

Déjà présent dans 148 pays, où il collecte près de 10 milliards de litres de lait chaque année, le groupe Lactalis pourrait en effet atteindre avec cette acquisition un chiffre d’affaires de 14 milliards d’euros, et devancer Danone et Nestlé, ses deux concurrents. Une ambition de plusieurs décennies pour ce groupe familial né en commercialisant Président, le premier camembert pasteurisé, dans les années 60.

Cette volonté est portée depuis 2000, par un homme extrêmement discret, Emmanuel Besnier, héritier de la quinzième fortune de France. L’homme n’a jamais donné d’interview et n’a été pris en photo qu’une seule fois, une photo volée. Jusqu’à 2010, il a même  préféré payer des amendes plutôt que de rendre les chiffres de son entreprise publics .

Beaucoup d’acquisition

Dès son arrivée, il a continué l'implacable extension qui fait la marque du groupe. Comme son père avant lui, il a organisé le rachat de dizaines d'entreprises laitières, fromagères et de crème de toute l’Europe.

La technique, souvent agressive, connaît quelques ratés. Comme lors de la tentative avortée de rachat de Yoplait en novembre 2010 qui lui aurait déjà permis de devenir leader mondial. Devant le tollé que provoque la transaction, c’est finalement la coopérative Sodiaal qui acquiert le groupe laitier. Même inimitié de la part des éleveurs, qui protestent régulièrement contre le prix auquel Lactalis achète leur lait, et de la part des distributeurs, comme Leclerc qui a refusé un temps de commercialiser ses produits jugés trop chers.

En rachetant Parmalat, là encore après des mois de bras de fer, Emmanuel Besnier et Lactalis vont parvenir à leur objectif. Sans pour autant cesser les acquisitions. On annonce déjà des achats en Australie, au Canada et en Afrique du Sud.