Paris menace de provoquer un report de la nomination de Draghi à la BCE

© 2011 AFP

— 

La France menace de provoquer un report de la nomination de Mario Draghi à la tête de la Banque centrale européenne, faute d'avoir reçu l'assurance de disposer d'un représentant à son conseil des gouverneurs, affirme jeudi le Wall Street Journal sur son site internet.

Citant des responsables français non identifiés, le quotidien américain indique que l'officialisation de la nomination de M. Draghi pourrait ne pas intervenir, comme il était normalement prévu, lors du Conseil européen qui s'ouvre plus tard dans la journée à Bruxelles.

Si Paris soutient sans réserve la candidature de M. Draghi, les autorités françaises veulent être sûres que le siège de gouverneur occupé par un autre responsable italien, Lorenzo Bini Smaghi, revienne à l'un de ses propres ressortissants.

Dans l'histoire de la BCE, aucun pays n'a jamais disposé de deux postes au sein de l'organe de direction de la banque centrale.

La semaine dernière, le Premier ministre italien Silvio Berlusconi avait demandé à M. Bini Smaghi de démissionner, deux ans avant la fin prévue de son mandat, pour faire place à un représentant français. Mais M. Bini Smaghi n'a pas donné l'impression jusqu'ici de vouloir s'exécuter et rien ne peut le contraindre à démissionner contre sa volonté.

Le WSJ souligne toutefois que Paris ne devrait pas aller jusqu'à remettre en cause la nomination de M. Draghi qui a le soutien unanime des autorités européennes.