Lagarde fragilisée par une enquête

— 

Christine Lagarde est favorite pour succéder à DSK à la direction du FMI.
Christine Lagarde est favorite pour succéder à DSK à la direction du FMI. — F. DUPUY / SIPA

La pression judiciaire s'accentue sur Christine Lagarde. La ministre de l'Economie, favorite pour succéder à Dominique Strauss-Kahn à la direction générale du FMI, passe aujourd'hui son « grand oral » à Washington, au siège de l'institution. Elle devra faire abstraction d'une information révélée hier : il y a quelques jours, une enquête préliminaire pour « abus de pouvoirs sociaux » a été ouverte à l'encontre de deux collaborateurs placés sous son autorité. Cette enquête concerne l'affaire Bernard Tapie, c'est-à-dire l'arbitrage privé qui a rapporté 210 millions d'euros à l'homme d'affaires dans le cadre de son conflit avec le Crédit Lyonnais. Les deux subordonnés de la ministre sont ceux qui ont mis en œuvre, sur ordre de Christine Lagarde, cet arbitrage privé à la place de la voie judiciaire. La gauche soupçonne une faveur de Sarkozy à l'égard de Tapie, qui avait appelé à voter pour lui en 2007.G. W.