Areva: Nicolas Sarkozy a reçu Anne Lauvergeon

Reuters

— 

Nicolas Sarkozy a reçu ce lundi après-midi Anne Lauvergeon, que le gouvernement a décidé la semaine passée vendredi de ne pas reconduire à la tête du groupe nucléaire public Areva, a annoncé l'Elysée. La présidence s'est refusée à tout commentaire sur cette entrevue, qui a duré une heure.

Le remplacement d'Anne Lauvergeon lui a été annoncé par le Premier ministre François Fillon, mais la décision a été prise par Nicolas Sarkozy, qui a entrepris depuis un an une réorganisation de la filière nucléaire française en redéfinissant les liens entre Areva et son principal client, EDF. Les relations tendues entre la présidente du directoire d'Areva, farouche défenseur de l'indépendance de son groupe, et le PDG de l'électricien national, Henri Proglio, sont une des raisons qui ont conduit à cette décision, a-t-on déclaré de source gouvernementale.

«Un beau bilan mais des sujets sur lesquels elle était contestée»

«Ils n'arrivaient plus à travailler ensemble, elle s'était trop raidie ces derniers temps», a déclaré cette source, en ajoutant qu'Henri Proglio «n'était pas le seul à se plaindre». «Sur dix ans, elle a un beau bilan mais il y a deux sujets sur lesquels elle était contestée: le choix de l'intégration verticale avec le rachat très cher de mines d'uranium et son refus d'ouvrir le catalogue d'Areva» à d'autres types de réacteurs que l'EPR. «Nicolas Sarkozy avait apparemment pris sa décision depuis plusieurs mois», a encore déclaré cette source gouvernementale.

Le comité de groupe européen d'Areva, qui avait plaidé en faveur d'un nouveau mandat pour Anne Lauvergeon, a demandé lundi que son successeur Luc Oursel s'exprime rapidement sur la stratégie du groupe