Lagarde ou Carstens: Qui va voter qui pour la direction du FMI?

ÉCONOMIE e nombreux pays ont déjà annoncé leur favori pour ce poste...

T.S

— 

La ministre des finances française Christine Lagarde (droite) et le président de la Banque centrale mexicain(gauche), qui sont tous les deux candidats au poste de directeur général du FMI.
La ministre des finances française Christine Lagarde (droite) et le président de la Banque centrale mexicain(gauche), qui sont tous les deux candidats au poste de directeur général du FMI. — AFP PHOTO RAVEENDRAN/JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN

Il n’en reste déjà plus que deux. La Française Christine Lagarde n’a plus qu’un adversaire en lice dans la course à la direction générale du Fonds monétaire international, le Mexicain Agustin Carstens. Parmi les 24 pays et groupes de pays qui voteront le 30 juin pour élire le prochain boss du FMI, plusieurs pays ont déjà fait leur choix, le plus souvent pour Christine Lagarde. Revue des soutiens de chacun, alors que les deux candidats passent mardi et mercredi leur entretien devant les administrateurs du Fonds.

Les voix déjà acquises

Une chance pour la Française, l’Europe dispose de nombreux droits de vote au conseil d’administration, environ 30% du total des voix. Et les sept pays européens disposant d’un vote propre se sont déjà prononcés en faveur de la ministre de l’Economie par la voix de leur chef d’Etat. Christine Lagarde peut déjà compter sur près d’un tiers des voix au total, un avantage énorme. 

A ces voix, il faut ajouter celles du groupe de l’Afrique subsaharienne (3,22% des voix) ainsi que celles de l’Afrique francophone (1,55%). Enfin, même si elle ne s’est pas exprimée officiellement, la Russie (2.39%) pourrait choisir la candidate française, comme l’annonçait la semaine dernière un sherpa après le retrait de banque centrale du Kazakhstan Grigori Martchenko.

Les soutiens en suspens

D’autres pays se sont prononcés pour Lagarde, mais devront convaincre le groupe de vote auquel ils appartiennent. C’est le cas de plusieurs pays du Moyen-Orient (3,13%) ainsi que de l’Indonésie (dans le groupe d’Asie du Sud-est qui pèse 3,88% de voix ).

De nombreux pays ne se sont pas encore prononcés du tout. Le résultat du vote dépendra beaucoup de la position des Etats-Unis (16,79%) et du Japon, qui ne se sont pas encore exprimés. Christine Lagarde s’est donc rendue pour mener campagne au Brésil,  en Inde et en Chine.  Elle y a défendu l’idée d’une augmentation des droits accordés aux pays émergents au FMI pour s’assurer leur soutien. Ce qui aurait séduit le Brésil, selon des sources gouvernementales.

Ceux qui voteront pour Agustin Carstens

Une dizaine de pays d'Amérique Latine soutiennent la candidature du Mexicain Agustin Carstens. Il s’agit du Mexique, mais aussi du Venezuela, la Bolivie, le Pérou, le Panama, l'Uruguay, le Paraguay, le Bélize, le Honduras, le Guatemala, la République dominicaine et le Nicaragua. Mais ces pays pèseraient, s’ils arrivent à convaincre l’ensemble du continent, au maximum 9% des voix. Trop peu pour Agustin Carstens, qui pour l’emporter devra espérer un soutien des Etats-Unis et des pays qui s’alignent traditionnellement sur leur vote, comme le Canada ou l’Arabie Saoudite. A moins que l'affaire Tapie ne rattrape la ministre de l'Economie...