Sécheresse: Nicolas Sarkozy annonce un plan d'aide de 500 millions d'euros pour les agriculteurs face à la sécheresse

AGRICULTURE Les éleveurs rencontrent de grandes difficulté en raison de la limitation de l'usage de l'eau dans plus de soixante départements...

E. M.
— 
Nicolas Sarkozy le 9 juin 2011 lors d'une visite aux agriculteurs en Charente.
Nicolas Sarkozy le 9 juin 2011 lors d'une visite aux agriculteurs en Charente. — R. DE LA MAUVINIERE / AFP

Il ne pouvait pas laisser l'agriculture en panne sèche alors l'Etat a décidé de se mouiller. Plus de soixante départements font l'objet d'un arrêté préfectoral limitant l'usage de l'eau en raison de la sécheresse. Une situation catastrophique pour les éleveurs. En déplacement en Charente ce jeudi, Nicolas Sarkozy leur a donc annoncé un plan d’aide de 500 millions d’euros.

Il a cependant refusé toute subvention directe qui risque d'être annulée par la Commission européenne, comme ce fut le cas dans le passé. «L'essentiel de ce qu'on va faire, c'est de vous donner des marges de manœuvre de trésorerie», a-t-il expliqué.

Indemnisations

Le ministre de l’Agriculture, Bruno Le Maire, a annoncé il y a quelques jours que le fonds de garantie des calamités agricoles allait être débloqué. Le chef de l’Etat a chiffré jeudi l’enveloppe globale des indemnisations à 200 millions d’euros.

Abondé par l’Etat, ce fond se réunira dès le 12 juillet pour lancer l’étude des dossiers a promis Nicolas Sarkozy. Les premiers versements doivent avoir lieu en septembre.

D’après Bruno Le Maire, seuls les agriculteurs spécialisés dans l'élevage ainsi que ceux qui font de la polyculture seront éligibles à ce fonds. Pour avoir droit à une indemnisation, ils doivent avoir enregistré des pertes supérieures à 30% par rapport à la moyenne des années précédentes.

Exonérations fiscales

Les agriculteurs situés dans les zones sinistrées seront exonérés cette année de taxe sur le foncier non bâti, a expliqué Nicolas Sarkozy. Cette mesure devrait coûter 300 millions d’euros à l’Etat.

Report des prêts d’un an

Le chef de l’Etat a également annoncé le report d'un an du remboursement des prêts consentis en 2009 aux éleveurs dans le cadre d'un plan de soutien exceptionnel au secteur. Plus de 1,6 milliard d’euros d'aides remboursables avaient alors été débloquées.

Pendant cette année de report, l'Etat prendra en charge intérêts de ces crédits, souligne l'Elysée, sans préciser le coût de cette mesure.

«Il faudra de toute façon que nous rediscutions à la rentrée avec le président de la République car il est difficile pour le moment de faire les comptes», a cependant expliqué à 20Minutes Dominique Barrau, secrétaire général de la FNSEA.