Sécheresse: Nicolas Sarkozy annonce 500 millions d'euros d'aides pour les agriculteurs

AGRICULTURE La France connaît une sécheresse historique...

E.M. avec Reuters
— 
Nicolas Sarkozy le 9 juin 2011 lors d'une visite aux agriculteurs en Charente.
Nicolas Sarkozy le 9 juin 2011 lors d'une visite aux agriculteurs en Charente. — R. DE LA MAUVINIERE / AFP

Nicolas Sarkozy a annoncé jeudi le déblocage de plus de 500 millions d'euros d'aides supplémentaires pour les agriculteurs français victimes de la sécheresse.

Indemnistations

Lors d'un déplacement en Charente, le président de la République a ainsi chiffré à environ 200 millions d'euros une enveloppe annoncée par le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, ces derniers jours. Elle est destinée à verser une avence sur les indemnisations pour pertes dues à la sécheresse.
                                   
Le chef de l'Etat a promis que les premiers dossiers seraient examinés à partir du 12 juillet et les premiers versements effectués en septembre.

Report de prêts

Les agriculteurs situés dans les zones sinistrées seront d'autre part exonérés cette année de taxe sur le foncier non bâti, ce qui représente un coût de 300 millions d'euros pour l'Etat, a précisé Nicolas Sarkozy.
                                   
Il a d'autre part annoncé le report d'un an du remboursement des prêts consentis en 2009 aux éleveurs dans le cadre d'un plan de soutien exceptionnel à l'agriculture (1,65 milliard d'euros d'aides remboursables avaient alors été débloquées).

L'Etat prendra en charge, pendant cette année de report, les intérêts de ces crédits, souligne l'Elysée, sans préciser le coût de cette mesure.

Sécheresse historique

La France vit le printemps le plus chaud depuis au moins 1900, selon Météo France. Plus de soixante départements font l'objet d'un arrêté préfectoral limitant l'usage de l'eau et la situation devient dramatique pour les éleveurs.

Le président français a refusé d'annoncer des subventions qui, comme cela a été le cas dans le passé, risquent d'être interdites par la Commission européenne, obligeant les bénéficiaires à les rembourser plusieurs années plus tard.