La Bourse ne séduit plus les Français

FINANCES Les particuliers se détournent de plus en plus des actions...

E.M.

— 

Le fronton de la Bourse de Paris en 2010.
Le fronton de la Bourse de Paris en 2010. — B.R. PRODUCTIONS/SIPA

La crise économique aura mis à mal la relation entre les Français et la Bourse. Face aux fluctuations des marchés, les particuliers se détournent massivement des actions, selon le baromètre semestriel TNS Sofres pour la Banque Postale et «Les Echos».

Niveau historiquement bas

Le niveau de détention des valeurs mobilières est ainsi à un niveau historiquement bas selon les résultats de ce baromètre, réalisé depuis 2004.

«Seulement 11 % des sondés indiquent posséder au sein de leur foyer des actions en direct -soit quatre points de moins qu'en octobre dernier -et 7 % des Sicav/FCP alors qu'ils sont 83 % à avoir des comptes ou livrets d'épargne», précise l’article des Echos.

Une situation qui s’explique par une plus grande frilosité à l’égard de la Bourse. «Même la population plus avertie des investisseurs particuliers, comparativement au grand public, est devenue plus prudente, avec probablement la montée en puissance des inquiétudes sur la Grèce et les pays périphériques», souligne Michaël Pergament, directeur d'études chez TNS Sofres, cité par Les Echos.

Pour 87% des personnes interrogées, le monde des actions est un milieu risqué. Seuls 31% des actionnaires estiment ainsi que le moment est opportun pour placer une partie de son épargne en Bourse. Ce chiffre est en baisse de 7 points sur un an et de 21 points depuis l’automne 2009.

Barre symbolique des 10%

Plus de 8 Français sur 10, selon l'étude, préféreront ainsi placer une somme importante dans des livrets ou assurance-vie en euros plutôt qu‘en Bourse, même si le rendement est moins élevé.

D’après une autre étude de TNS Sofres publiée en mars dernier, un peu plus de 2,2 millions de petits porteurs se sont donc détournés depuis la fin 2008 du marché des actions qui compter aujourd’hui 4,2 millions de petits porteurs.