FMI: Christine Lagarde en campagne à Pékin

ÉCONOMIE a ministre veut convaincre les Chinois...

© 2011 AFP

— 

La ministre de l'Economie, Christine Lagarde, le 25 mai 2011 à Deauville.
La ministre de l'Economie, Christine Lagarde, le 25 mai 2011 à Deauville. — HALEY/SIPA

La campagne de Christine Lagarde, en course pour la présidence du  FMI, se pousuit. La ministre française de l'Economie Christine Lagarde est arrivée mercredi à Pékin pour défendre en Chine, après l'Inde, sa candidature au poste de directeur général du Fonds monétaire international (FMI) devant les responsables de la deuxième économie de la planète.

Au cours de la journée, Christine Lagarde doit s'entretenir avec le gouverneur de la banque centrale chinoise Zhou Xiaochuan, le vice-Premier ministre Wang Qishan, le ministre des Finances Xie Xuren ainsi qu'avec le chef de la diplomatie Yang Jiechi, a-t-on appris de source diplomatique française.

Favorite

Le ministre français, qui a le soutien des Etats-Unis, de l'Allemagne, de la Grande-Bretagne et de l'Italie, est considéré comme le grand favori à la succession de son compatriote Dominique Strauss-Kahn, démissionnaire après avoir été accusé d'agression sexuelle contre une femme de chambre d'hôtel à New York.

Fin mai, les cinq grands pays émergents membres du groupe BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), ont protesté contre la volonté de l'Europe de garder sa mainmise sur le poste de directeur général du FMI, sans toutefois parvenir à se mettre d'accord sur une candidature commune.

Selon une règle non écrite en vigueur depuis 1946, cette fonction a toujours été occupée par un Européen tandis que celle de président de Banque mondiale revenait à un Américain.

Réponse le 10 juin

Pékin a souligné que le choix du nouveau directeur général devait se faire «de manière ouverte, transparente et sur la base du mérite». Mardi à New Delhi, où elle été reçue par le Premier ministre Manmohan Singh, Christine Lagarde a déclaré avoir reçu l'assurance que les candidatures seraient examinées «sur la base des mérites du candidat. Le fait que je suis française et européenne ne constitue pas un avantage ou un handicap», a-t-elle assuré.

La Française a deux rivaux déclarés, le directeur de la Banque centrale du Mexique, Agustin Carstens, et celui de la Banque centrale kazakhe, Grigori Martchenko. Les candidatures au poste de directeur du FMI sont ouvertes jusqu'au 10 juin.